Le Boudoir des Nanas

Elle(s)…

15 avril 2016

Elle la regarde boire son café.

Elle lui sourit en écoutant le récit de ses journées.

Ses yeux s’attardent sur ses rides. Si elles pouvaient raconter…

Tant d’années. Tant d’histoires. Des belles et des moins belles.

Le doux bavardage devient presque inaudible.

Elle se perd dans ses souvenirs.

Des enfants qui jouent à la campagne. Qui rient. Qui courent dans le jardin. Dans les champs de maïs avoisinants.

Les promenades dans le cimetière… Visites quotidiennes aux disparus du petit village…

L’attente du retour des vaches du voisin et la course pour remplir le pot à lait, regarder le travail du fermier sans jamais se lasser, le parfum de la paille fraîche ou salie, du lait à peine recueilli  et encore chaud…

Des fous rires nocturnes. Sans fin.

Des pleurs aussitôt consolés par des bras doux et aimants.

Des vacances uniques et mémorables.

Des yeux horrifiés qui regardent les poissons se vider de leur sang dans l’évier de la cour.

Des heures à bouquiner dans les vieux fauteuils de cette maison de campagne, dans le parfum de bûche froide.

Un parfum de sauce tomate fraîche qui cuit pendant des heures.

Le doux murmure de la machine à polenta qui tourne, tourne, dans la petite cuisine si accueillante.

Des gnocchis faits à la main et des dessins de petits doigts dans la farine.

Des centaines de pelotes de laine transformées en pulls, écharpes, robes…. Sous ses yeux émerveillés.

Les premières gorgées de café bues avec un sentiment de complicité inégalée.

Les goûters avec les copines de collège, étonnées de rencontrer une telle gentillesse et bonté d’âme chez des inconnus.

Des nuits à dormir dans des draps fleuris, sous le regard d’une Vierge qui change de couleur selon le temps.

Des travaux d’aiguille qui lui ont peut-être donné l’envie de coudre…

Des journées entières à regarder la vie s’écouler sans ne rien faire d’autre qu’être là.

Des apéritifs avec des alcools italiens qui  arrachent la gorge.

Des moments terribles, douloureux que vous avez traversés tous ensemble.

Les caresses aux chiens qui se sont succédés sur les différents canapés.

La cave remplie de bocaux faits maison.

Des tablées familiales immenses.

Des bêtises entre cousines qui la font encore rire quand elle y pense…

 

Elle entend son prénom, dit qu’elle n’a pas entendu, lui demande de répéter.

En la regardant parler, elle se dit qu’elle ne lui dira sans doute jamais combien elle compte pour elle, plus qu’elle ne saurait l’expliquer…

Combien parfois elle s’en veut de ne pas aller la voir plus souvent…

La certitude d’avoir vécu auprès d’elle des moments de bonheur simple et vrai.

La certitude d’avoir une chance inouïe de pouvoir la voir et lui parler encore…

La certitude qu’elle fait, et fera, toujours partie d’elle.

Elle lui répond.

Ses yeux rieurs envoient des nuées de tendresse. Elles se sourient. Ou rient.

Elle c’est moi.

Les yeux rieurs sont ceux de ma Nona.

Elle a 94 ans aujourd’hui.

 

 

[ssba]

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • dan0946@live.fr'
    Répondre Liliane drouet 15 avril 2016 à 13 h 31 min

    Magnifique et émouvant hommage à ta nonna !!!! Que de souvenirs pour moi aussi!!!!joyeux anniversaire,nonna

  • jme@voila.fr'
    Répondre cec 15 avril 2016 à 17 h 49 min

    Joyeux anniversaire à « ces doux yeux là »… (bientôt le tien 🙂 )…
    bizz

  • natrado@aol.com'
    Répondre NathNath 16 avril 2016 à 10 h 56 min

    Auguri a la Nonna !

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :