La Malle aux Livres

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein

20 juillet 2015

la ballade d'hester dayVous voyez bien l’héroïne américaine de base: blonde, yeux de biche, stéréotypée « L.A » ou « Miami », entourée d’une ribambelle de copines aussi superficielles qu’elle, gloussant et minaudant à tout va, se promenant le long des plages surfaites au volant de son cabriolet rutilant? Vous voyez bien, hein? Et bien, Hester Day est l’opposée absolue de cette héroïne décérébrée.

Hester Day est une jeune américaine de 18 ans, originale, effacée, sans amis, qui se pose 1001 questions sur la vie en général et la sienne en particuliers et qui un jour pense avoir trouvé sa réponse… Mais pour tenter d’y parvenir, elle va devoir épouser  un mec aussi décalé qu’elle, Fenton, poète et écrivain qui espère trouver dans cette épouse providentielle et inattendue,  l’inspiration qui lui manque pour l’écriture « d’un poème épique qui aura la longueur d’un roman »… Les voilà partis sur les routes, à destination de Chicago, avec comme passager clandestin, Jethro, petit garçon vif et avide d’aventures spatiales mais qui se plait aussi à l’arrière d’un camping car de fortune, à discuter avec ces deux adultes en mal d’affection, attendris malgré eux par la personnalité de ce gamin étonnant. Leur route sera parsemée de rencontres surprenantes, touchantes, comme celle avec cet homme qui met à mal la vision de l’amour d’Hester avec la simple photo de sa petite amie et quelques mots bouleversants. Et si la réponse à nos questions profondes était tout simplement là, dans les choix de vie que nous avons faits, que nous faisons et que nous devons absolument assumer pour les vivre pleinement?

« La ballade d’Hester Day » de Mercedes Helwein est aussi et surtout une critique douce-amère de la société américaine, très lucide et nous faisant sourire: le récit de son bal de promo, ou l’obligation de voir son enfant inscrit dans une université pour pouvoir l’afficher aux dîners mondains, ou la remise des diplômes, typique… Tout est sujet à une description acide et brillante.

 » Ou peut-être étais-je née sous une mauvaise étoile. Qui sait? Et qu’est-ce ça peut bien foutre d’ailleurs? Ça ne changerait rien au fait que, chaque fois que je regardais autour de moi, ça me faisait grincer des dents, ni à celui qu’ils avaient tous l’air de pâles saucisses mal cuites sans la moindre idée de ce qui les attendait. Ils seraient cuits avant même d’avoir compris ce qui lui arrivait. Les plus malchanceux mèneraient une vie douloureuse, faite de déceptions et de jalousies, en voyant leurs rêves accomplis par d’autres. Les plus chanceux accompliraient leurs rêves.

Deux personnages touchants et intelligents + un scandale familial + un camping car dans lequel un petit cousin en mal d’aventures spatiales prend place secrètement + Le charme et les rencontres sur les routes américaines + un doux vent de liberté et de sincérité = un « road-trip » comme on les aime tant, voire même plus encore!

A lire ABSOLUMENT!

Pour découvrir d’autres avis sur ce Livre de Poche, c’est ici!

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • Répondre Caravanes vintage... - Lila sur sa Terrasse 22 juillet 2015 à 15 h 43 min

    […] lectures… Alors justement, est-ce le dernier livre chroniqué « La ballade d’Hester Day » De Mercedes Helnwein qui m’a donné des idées d’évasion, de prendre la clef des champs… Sans […]

  • Répondre En juillet, soleil du matin est bonne aux bouquins! - Lila sur sa Terrasse 9 août 2015 à 18 h 32 min

    […] Pour ceux qui n’ont pas encore découvert cette pépite. C’est ICI!!! […]

  • Répondre Le Roi disait que j'étais diable - Clara Dupont-Monod - Lila sur sa Terrasse 15 octobre 2015 à 20 h 47 min

    […] une autobiographie bouleversante, un road-movie initiatique et une enquête révoltée et révoltante au sein d’une réserve indienne, la sélection du […]

  • Laisser un commentaire