La Malle aux Livres noirs

« Le mal par le mal » W3 Tome 2 – Nathalie Hug / Jérôme Camut

17 avril 2015
Visuel du roman Le mal par le mal par Jérôme Camus et Nathalie Hug

Couverture du roman Le mal par le mal - W3 volume 2 - Nathallie Hug & Jérôme CamutChroniquer ce deuxième tome de W3, « Le mal par le Mal » de Nathalie Hug et Jérôme Camut ne va pas être facile…

Parce que le premier opus, Le Sourire des Pendus, (édité aux Editions Télémaque puis par le Livre de Poche), une véritable pépite, est absolument incontournable dans le polar français actuel.

Et il n’est guère aisé de se lancer dans la lecture de la suite des aventures de Lara Mendès et de ses acolytes de W3, chaîne du web foncièrement indépendante et ayant pour objectif déclaré de dénoncer l’indicible.
Pourquoi cela ne va pas être facile d’écrire cette chronique? Parce que je ne sais pas quels mots trouver pour qualifier le travail de nos deux auteurs, parce que j’aimerai vous expliquer, de vive voix, tout le bien que j’en pense, parce que si je me lance dans des explications, je risque de m’emporter et de vous dévoiler certaines choses, de vous dire ma joie de voir ces personnages évoluer, de sourire aux rares apparitions de celui qui m’intrigue et me laisse admirative… Bref…

Nous retrouvons dès les premières pages une Lara qui écrit une lettre au Président de la République en annonçant clairement:

« (…) Je vais combattre. Pour honorer ces vingt-trois âmes et tenter d’apaiser la souffrance de celles qui ont survécu: (…) Sachez pour finir, que je ne sers aucun parti politique, aucune idéologie. Mais posez vous la question, car il faudra aussi affronter cette réalité: qu’allez-vous faire de moi? »

Et effectivement, le ton est donné. Aucun moment de répit. Chacun des 211 chapitres vous tient en haleine. Des chapitres plus ou moins courts qui insufflent une intensité terrible au récit.

Le point de départ du récit est jubilatoire, jouissif mais d’une violence froide, sans concession. Ceux qui ont lu Millenium de Stieg Larsson comprendront quand je dis que j’ai éprouvé la même satisfaction lors de ce chapitre, que lorsque Lisbeth Salander s’en va tatouer son tuteur…

Nous retrouvons les mêmes personnages que dans la première partie: Sookie, Léon, Lara, Arnault, Valentin, Jo, Demian, Hervé, Yanna, Egon… Et d’autres qui viennent épaissir la galerie de portraits attachants. Sauf que… Nous  découvrons les héros sous un autre jour. Plus sombres. Moins lisses. Avec des faiblesses et des défauts qui les rendent encore plus humains, finalement.

À leur détermination sans faille vont s’opposer des manipulations judicio-politiques, des intimidations incessantes… W3 est devenu en quelques minuscules semaines l’ennemi à abattre pour les personnes incriminées dans ces trafics pédopornographiques, qui savent si bien se retrancher derrière leurs amis haut placés, politiciens ou autres. Une vague de suicides étranges et de morts suspectes dans le milieu policier vont attirer l’attention de nos journalistes hors du commun. Rajoutez à cela: la désinformation , les journalistes verreux et manipulés, les chaînes de « non-informations », l’intrusion des services secrets dans les locaux de W3,  les tensions entre réseaux de l’Est européeen, et surtout la nouvelle disparition de Lara et ce cocktail va vite devenir plus qu’explosif…

Photomontage en noir et blanc en portrait quasi fusionné des visages de Nathallie Hug & Jérôme CamutÀ l’instar du premier volet, celui ci est un diamant tout aussi noir.

Nathalie Hug et Jérôme Camut nous montrent encore une fois qu’ils excellent dans cet exercice de style qu’est le polar. Ils ne nous laissent aucun répit, nous empêchent de souffler et nous surprennent tout au long du récit. Rien n’est laissé au hasard.

Et au fur et à mesure des pages, les auteurs arrivent à nous persuader que oui, finalement, il faut vaincre le mal par le mal. Parce que dans notre bas monde, nous n’avons guère le choix. Hélas.

 

 

 

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

Pas de commentaire

Laisser un commentaire