La Malle aux Livres noirs

« Le Sourire des Pendus » W3 Tome 1- Nathalie Hug / Jérôme Camut

30 mars 2015
Illsutration représentant un mur béton sale avec un graffiti représentant un couple pendu et les noms de Jerôme Camut et Nathalie Hug dans un W rouge avec le chiffre 3

Photo de la couverture du roman Le sourire des pendus par Jérôme Camut et Nathalie HugAttention! Pépite! Diamant noir! Mon coup de foudre de ce mois!

Écrit à 4 mains par Nathalie Hug et Jérôme Camut.

Découvert grâce à l’auteur elle-même qui me le conseilla, au détour d’une conversation lors du salon du livre… Quelques heures plus tard, je plongeais en apnée dans cette histoire incroyablement bien menée, surprenante, dure.
Violente.

Lara est chroniqueuse pour une émission télé: elle enquête sur le marché du sexe et ses dérapages. Quelques heures après un reportage, elle est enlevée, puis séquestrée.

Son frère, ses amis, et des gens qu’elle n’a jamais rencontrés vont remuer ciel et terre pour retrouver, non seulement la jeune journaliste mais aussi d’autres jeunes femmes et fillettes disparues sans laisser de traces.

Des recherches parallèles qui finiront par se rejoindre et nous donner ainsi le portrait d’une équipe de personnalités très différentes, et très attachantes. Entre Léon Castel, l’éternel indigné, révolté, déterminé et qui n’hésite pas à devenir hors-la-loi pour dénoncer cette justice injuste et parfois absurde; sa fille Sookie, policière au caractère bien trempé et qui nous emmène dans les profondeurs d’un hôpital psychiatrique, avec ce qu’il y a de plus troublant et de plus obscur; Valentin le jeune frère prêt à tout pour retrouver sa sœur, quitte à hacker et employer des méthodes peu conventionnelles; et quelques autres encore… Quant aux personnages « mauvais »… Comment dire? Pouvait on en imaginer de pires?

De ces rencontres, de ces combats pour une cause noble sortira W3… La voix qui fera entendre celles des victimes d’une cruauté, d’une barbarie qui « broie des innocents « et montrera du doigt les incohérences d’un système corrompu, malsain et méprisable.

Le sourire des pendus est sans doute l’un des meilleurs polars qui m’ait été donné de lire.

Vous savez… Ce genre de livre qui ne vous lâche pas, qui vous tient en haleine pendant des heures. Et surtout qui sait vous surprendre. Du début à la fin.

Certains passages sont très violents. Je ne reviendrai pas sur le fait que j’ai lu quelques lignes aux filles de la terrasse, (lors de nos nuits parisiennes), horrifiées (et qu’elles m’ont sommée de me taire, nauséeuses, allant même jusqu’à se mettre les mains sur les oreilles pour ne pas écouter la suite), tant Nathalie Hug a su décrire les pires cauchemars, les peurs indicibles de toutes les femmes…

Nathalie Hug et Jérôme Camut ont une écriture parfaitement maîtrisée. Délectable. Certains passages dans lesquels Lara se met à parler avec son grand-père décédé, matérialisé sous la forme d’un balai, ne sont pas sans rappeler la folie de Jack Torrence, dans Shining de Stephen King. Cette folie qui nous fait peur. Mais qui finalement sera salvatrice pour elle. Sans toutefois la laisser intacte. Les descriptions de l’état psychologique de Sookie sont troublantes et nous font nous interroger sur qui elle est et pourquoi elle est ainsi. Quant au personnage d’Ilya Kalinine, c’est un mystère que l’on rêve d’éclaircir…  Tous les ingrédients pour la réussite d’un bon polar sont là… N’en doutez pas!

Et en refermant ce livre, on a une seule idée en tête: découvrir le second volet. Celui qui nous amènera certainement des réponses.

Portrait photo de Nathalie Hug et Jérôme CamutOu pas…

Mais au-delà de cette violence, de ces actes barbares, il y a cet espoir que des gens « bien » continuent leurs combats contre toute cette perversité, cette hypocrisie, cette totale absence de lumière existant dans notre société. Car ne vous leurrez pas: cette histoire se passe près de chez nous. Ou à peine plus loin.

Pour en découvrir plus sur les auteurs, c’est ici.

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

Pas de commentaire

Laisser un commentaire