La Malle aux Livres

Les secrets – Amélie Antoine

11 mars 2018

Recevoir un livre d’Amélie Antoine, c’est un peu comme recevoir un Kinder Surprise: on sait qu’on va se régaler et qu’on va y trouver une surprise, justement.

Bon. Mauvais exemple. Je déteste les Kinder Surprise. C’est gras et insipide et la surprise finit à la poubelle au bout de 2 jours.

Lire Amélie Antoine c’est comme découvrir une émulsion dans un resto étoilé: des saveurs délicates puis l’explosion en bouche de subtils parfums surprenants, qui vous laissent souriants. Des mois après, on ferme les yeux et on a la sensation que la bille qui a explosé contre votre palais est toujours présente.

Voilà, c’est ça.

Une délicatesse et une subtilité mélangées avec une certaine force et un caractère évident. Que l’on n’est pas prêts d’oublier.

Parce que oui, elle est subtile et délicate, Amélie.

Elle parvient à nous entraîner dans une histoire à l’envers et nous expliquer ce qui s’est passé, avant que Mathilde n’apprenne sa grossesse. Leur cheminement, à son mari et à elle. Son cheminement à elle seule surtout. Ses espoirs, ses déchirements, ses dépressions, ses colères, ses désillusions dans son combat pour être mère.

Parce que c’est tout ce qu’elle souhaite: avoir un enfant. Coûte que coûte. Quitte à avoir des secrets. Quitte à se battre seule ou en avoir, du moins, l’impression. Quitte à laisser son mari sur le bord du chemin et trouver, seule, des solutions. Quitte à en vouloir à toutes les femmes de la Terre  qui sont enceintes et pas elle. Quitte à éviter sa meilleure amie tombée enceinte avant elle. Des souffrances intérieures indicibles. Des mensonges. Une quête obsessionnelle.

Et auprès d’elle son mari. Qui l’aime éperdument mais qui ne semble parfois perdu et sans mots rassurants pour une Mathilde que l’on trouverait parfois insupportable et égoïste. Mais une Mathilde femme-enfant touchante et émouvante qui veut oublier le manque d’amour de ses parents en en étouffant le sien, d’enfant. Devenir mère et oublier le dédain de la sienne. Et, finalement, comme Amélie me l’a si bien écrit « Jusqu’où est on capable d’aller pour devenir parent? » …

Donc, pour comprendre tout cela, on découvre l’histoire à contre-sens… Une pagination inversée, aussi originale que pertinente et intelligente.

Et outre l’écriture fluide, la dextérité d’Amélie à manier les mots, voilà l’une de ses forces les plus notables: nous surprendre. Toujours. Si cette nana est pétillante à souhait, elle sait rendre ses écrits aussi vivants et authentiques qu’elle. Ce n’est pas peu dire.

A découvrir absolument aux Editions Michel Lafon.

*************************************************************************************************************************************************

Ma chère Amélie,

Voilà un an précisément je découvrais la cuisine moléculaire et ses explosions en bouche. Ces moments où une délicate écume se met à pétiller et à exploser sur ton palais. Et bien tes romans me font penser à de la cuisine moléculaire. Travaillés, surprenants, pétillants, insolites. Voilà pourquoi cette analogie.

Quand je suis tombée enceinte de ma fille, une copine m’a virée de sa vie. Elle essayait d’avoir un enfant depuis 7 ans et n’y arrivait pas. Je ne lui en veux pas. Je peux comprendre ce désespoir. 

Bon… On se le boit quand ce verre?

Immenses bises. Et merci pour tout.

Nath.

[ssba]

Vous aimerez sans doute

Un commentaire

  • bepsmarie@gmail.com'
    Répondre Marie Fallempin 12 mars 2018 à 8 h 25 min

    Rooooo il donne envie !!!
    Je le veux 😁😁

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :