La Malle aux Livres

L’Homme qui ment – Marc Lavoine

18 juillet 2016

l'homme qui mentJ’imagine déjà les sourires goguenards de certains. Marc Lavoine. Encore une admiratrice sous le charme de ses yeux clairs et de son sourire dévastateur. Et bien non. En aucun cas.

Lors du Salon du Livre de Paris 2015, certaines de mes chroniqueuses ont attendu une heure pour que Maaaaaaaaaaaaarc leur dédicace son livre. Moi pas. Je les ai laissées au milieu de ce poulailler surexcité et je suis partie rencontrer des « vrais » auteurs, pas des beaux gosses endimanchés qui profitent de leur nom pour se lancer dans l’écriture et pondre un livre qui ne restera pas dans les annales. C’est à peu de choses près ce que j’ai dû leur dire.

Elles sont revenues sous le charme, m’expliquant sa gentillesse, sa douceur et son côté très accessible, très ouvert à la discussion. Et sinon? Quoi d’autre? « Tiens! Il t’a dédicacé un marque-page« . Les pestes. Deux mots « Love Nathalie » et sa signature. Vraiment des pestes.

Elles ont lu son livre. Certaines pas entièrement. N’étant pas emballées. Forcément, je vous l’avais dit que cela devait être naze.

Et puis… Je l’ai reçu à lire pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche début juillet. Bon…… Puisque je suis membre du jury, va falloir que je le lise.

209 pages. Deux heures. Une gifle. Une vraie. Et le sentiment d’avoir jugé bêtement sans chercher à savoir.

« L’Homme qui ment » est son père. Un homme au cœur immense. Si grand qu’il ne peut s’empêcher de l’ouvrir à toutes les femmes qui passent, trompant à tour de bras son épouse et ne cachant que peu de choses à ses deux fils, devenus confidents contre leur gré d’un père volage, qui ment, trompe et ne se soucie guère des dommages collatéraux de ses nombreuses infidélités. Frivole et désinvolte. Mais c’est aussi  un homme qui croque la vie à pleines dents, un homme de combats idéologiques, un homme aux rêves de justice et d’égalité sociale.

Mais surtout, surtout. C’était un père aimant. C’était SON père.

Un père dont il raconte ici la vie. Sans jugement aucun. Sans critique cachée, mesquine et intéressée. Non. Il nous raconte. Sa vie. Leur vie. Avec une tendresse incroyable et touchante. Sa sensibilité n’ayant d’égales que la justesse et l’intelligence de ses mots. Sans pathos, tout est dit sobrement. Aucune longueur dans le récit: on se laisse prendre à la poésie de l’auteur, à son récit bienveillant et sans fausse pudeur, nous donnant parfois l’impression qu’il le plaint, ce père que beaucoup de fils ou de filles auraient détesté. Lui, non. Malgré son amour sans condition pour sa mère, qu’il essaiera de préserver, sans jamais accabler celui qui la blesse tant.

« Je te vois réfléchir, penser. Je te vois ne rien dire. Je t’entends te taire et les mots que tu penses, je les entends aussi. Je te vois fatiguée (…) Tes sanglots déchirés ont le goût d’un amour que tu sais déjà vaincu (…) »

Ou ce passage sur sa grand-mère, magnifique:

« Quand elle enlevait son dentier, elle devenait comme une petite fille timide, et je voyais alors la jeune femme qu’elle avait été. Je la trouvais belle, presque désarmée, nue, à ma portée. Elle devenait une fée, elle était de mon monde. »

J’ignore si Marc Lavoine écrit ou écrira un autre livre. Je le lui souhaite. Il en a le talent. Mêlé à une sensibilité hors du commun.

Alors, oui, vous pouvez désormais afficher vos sourires goguenards. Je suis devenue en l’espace de ces 209 pages une admiratrice convaincue. Par sa plume. (Ce qui ne fait que rajouter à ses yeux magnifiques et son sourire renversant, soit dit en passant…)

A lire absolument.

(En partenariat avec le Livre de Poche)

[ssba]

Vous aimerez sans doute

7 Commentaires

  • byglamalex@outlook.fr'
    Répondre Alex 19 juillet 2016 à 17 h 24 min

    Je n’y aurais pas crû non plus, et pourtant, tu viens de me donner envie de le lire !

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 30 juillet 2016 à 12 h 29 min

      Ben comme quoi… Je te le conseille vivement… Ce fut un régal pour moi! Merci!

  • Blog.kidfriendly@gmail.com'
    Répondre Kid Friendly 19 juillet 2016 à 21 h 41 min

    Le libraire très critique (et connu, Gérard Collard) est visiblement du même avis. Comme en plus j’adore Marc et ses yeux revolvers (même si j’ai pas fait 2h de queue pour avoir une dédicace au salon du livre de poche) il faut vraiment que je lise le livre

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 30 juillet 2016 à 12 h 29 min

      Grâce à toi, je viens d’aller lire la chronique de Gérard Collard. Ce livre est effectivement très bon et surprenant! merci!!!

  • nadine.pavard@gmail.com'
    Répondre nadine 20 juillet 2016 à 21 h 43 min

    Moi je suis fan de Marc Lavoine, je l’aime en tant qu’acteur, en tant que chanteur et aujourd’hui en tant qu’écrivain. Il en écrira d’autres et ils seront surement mieux mais celui-là je l’ai trouvé très sincère, très poétique à son image.

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 30 juillet 2016 à 12 h 28 min

      Une grande sincérité effectivement… Une plume douce et pleine de poésie…. Vivement le prochain, oui… A bientôt sur notre terrasse, j’espère!

  • Répondre En juillet, pluie du matin est bonne aux bouquins. - Lila sur sa Terrasse 5 août 2016 à 21 h 27 min

    […] Pour ceux qui n’ont pas lu la chronique pour ce livre coup de coeur, c’est ICI. […]

  • Répondre à Alex Cancel Reply

    %d blogueurs aiment cette page :