La Malle aux Livres noirs

Maman a tort – Michel Bussi

1 août 2015

michel bussi maman a tortQuand un psychologue scolaire se met en tête d’écouter un petit garçon d’à peine 3 ans passés, qui lui dit que sa maman n’est pas sa vraie maman et qui lui explique ses longues conversations avec son doudou « Gouti », ses dessins décrivant sa maison face à un château avec un ogre qui vivait dans les parages…et que celui ci décide d’éclaircir ce mystère, cela promet une histoire assez surprenante.

Et surprenant,  « Maman a tort » l’est à bien des niveaux.

Michel Bussi nous entraîne dans une enquête policière… Non! Pardon! Dans deux enquêtes… Une humaine, menée par Vasile, psy passionné persuadé que cet enfant dit la vérité, et bien décidé à la découvrir, avant que sa mémoire ne s’efface, et ce, malgré les preuves matérielles fournies par les parents qui assurent que leur fils invente cette histoire rocambolesque… Et l’autre, policière, menée par Marianne Augresse, commandante de police, qui cherche à arrêter les auteurs d’un hold up sanglant à Deauville, qui a vu s’envoler plusieurs millions d’euros de produits de luxe.

Et quand les deux là, se retrouvent face à face, le ton est donné: c’est à celui qui essaiera de convaincre l’autre que son enquête est la plus importante. Sauf que… Ils ignorent qu’elles vont se rejoindre, et s’emmêler dans un dédale de secrets, de règlements de compte, au centre duquel se trouve Malone, petit bonhomme attachant et mystérieux.

L’auteur nous guide une nouvelle fois à travers sa Normandie: nous découvrons l’ambiance du Havre, avec ses docks déserts, ou presque, cette ville abandonnée par les industries et ses villages alentour, tristes victimes co-latérales de ce marasme économique.

Et Michel Bussi, dans ce récit, tente cet exercice difficile qu’est la narration dur point de vue d’un enfant. Que peut bien ressentir un bout d’chou de 3 ans,  plongé dans une telle intrigue, déchiré entre une promesse faite et l’envie de ne pas vivre ce que lui impose ce monde d’adultes qu’il ne comprend pas? Les passages expliquant le fonctionnement de la mémoire sont passionnants et nous amènent doucement à comprendre certains comportements des protagonistes. De même, les récits de « Gouti », s’ils sont déstabilisants dans un premier temps, trouvent tout leur sens au fur et à mesure des pages…

Avec « Maman a tort » Michel Bussi nous offre encore une fois un beau moment de lecture avec ce polar étonnant et captivant. Et cette indéniable question que l’on se pose systématiquement: « Qui manipule qui? »… Mais avec ce petit plus: la présence permanente de Malone, gamin auquel on s’attache et à qui l’on souhaite de retrouver son havre de sérénité…

A acheter avant vos vacances pour mieux le savourer au repos, car une fois entre vos mains, vous ne le lâcherez pas!

[ssba]

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • petitsrayonsdesoleil@orange.fr'
    Répondre sun 8 août 2015 à 17 h 27 min

    Je viens de le finir ! Pas déçue par Michel Bussi comme d’habitude ! Lu en 2-3 jours !!

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 16 août 2015 à 12 h 09 min

      En une nuit d’insomnie!!! Dans la canicule estivale!!!! 😀

  • Répondre En juillet, soleil du matin est bonne aux bouquins! - Lila sur sa Terrasse 9 août 2015 à 18 h 31 min

    […] Ne lâche pas ma main » de Michel Bussi est un policier très bien ficelé, qui tient en haleine. Un couple passe ses vacances à la Réunion avec leur petite fille. Quelques […]

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :