Nos Questions, Leurs Réponses

Nos questions. Les réponses d’Aurélie Valognes.

21 septembre 2016

Aurélie Valognes a fait une entrée fracassante dans le paysage littéraire contemporain, avec ce livre plein de tendresse et d’humour: « Mémé dans les orties »… Puis elle nous a offert un moment de franche rigolade avec « Nos adorables belles filles »: à lire avant chaque repas de famille aussi ennuyeux que contraignant… Devenant ainsi une auteur incontournable de cette littérature qui fait du bien, car drôle et très agréable… Elle explique d’ailleurs sa vision des choses très simplement:  » Dans mes romans, j’essaie de partager mes émotions, de vous faire rire, pleurer, sourire, à travers la vie de ces héros du quotidien. »

Contactée voilà quelques temps, elle a accepté de répondre à nos questions… Elle avait plutôt intérêt, hein,  car comme elle habite en Italie la p’tite dame, il n’y a guère de possibilités de la rencontrer, à moins qu’elle nous invite à partager une bonne table italienne… A voir… (Négocier?)

1. Mon kama Sutra de la lecture (toutes positions autorisées!)

Ta question m’a fait faire des recherches poussées, qui m’ont fait rougir (oui, moi je prends tout au 1er degré), et il semblerait que je sois une adepte de la Latéral ou la Cuillère (tu m’en diras tant…).

2. Une île déserte… Une caisse échouée… J’aimerais y trouver…

Un Kindle solaire (à inventer d’urgence!). La lecture est plus qu’une passion pour moi: c’est une nécessité !

3. Ce livre que je n’ai jamais terminé

Le rouge et le noir: j’étais jeune mais je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire, alors Julien Sorel reste une énigme pour moi.

4. Ce livre que j’ai lu, relu et re-relu…

Prodigieuses créatures, de Tracy Chevalier. J’adore ce tout petit bout de femme qui va s’imposer dans un monde d’hommes. Je rêverais d’écrire une histoire de cette trempe.

5. Mes petites ou grandes manies de lecteur

Ne jamais corner un livre: c’est sacré. On n’abîme pas, juste avec les yeux, voire avec quelques larmes. Ne jamais commencer par la fin (il ne faut pas pousser mémé dans les orties, quand même). Et enfin, lire d’une traite: même si l’on doit finir avec la lampe torche sous la couette, ou avec un vêtement sur la lampe pour tamiser la lumière (attention au feu: true story), lire jusqu’à épuisement, mais cela en vaut tellement la peine!

6. Ce que je conseille aux non lecteurs

Aux non-lecteurs, ne pas se laisser décourager par les expériences imposées à l’école (souvent de gros pavés, pleins de descriptions, et avec peu d’action). Choisir plutôt de se faire conseiller par un libraire ou regarder des sites comme Sens Critique (et dénicher un autre utilisateur qui aime les mêmes films ou séries que soi et suivre ses coups de cœur littéraires, en commençant par les romans les plus courts). Il faut se faire confiance: il y a assez de livres au monde pour trouver chaussure à son pied.

7. Ecrire… Sous quelles drogues?

Écrire sous… la lumière cruelle du jour. Celle qui ne rend pas tes mots plus beaux, comme peut le faire la nuit… Cependant, après une bonne journée d’écriture, je ne suis pas contre un petit verre de Sauternes 🙂

8. Ecriture intuitive ou réfléchie?

Écriture réfléchie. Je ne touche pas à un document Word tant que tout n’est pas en place dans ma tête et que le plan détaillé, chapitre par chapitre, ne soit figé sur papier. Cette première partie peut prendre des mois. Et après, écriture intensive sur quelques semaines. Enfin, on laisse reposer avant de retravailler les imperfections du premier jet ! Cela a été mon hygiène d’écriture pour « Nos adorables belles-filles », par exemple.

9. Ce livre que j’aurais aimé écrire

Harry Potter pour sa créativité débordante et son universalité

10. Mes petites ou grandes manies d’écrivain

Je traîne mon carnet partout et je le dégaine à chaque phrase choc, même et surtout en famille ou diners d’amis. Et puis, j’observe énormément les gens. Je vais tous les jours dans le café en bas de chez moi boire mon Cappuccino, lire le journal et, en période d’écriture, taper frénétiquement sur mon clavier. Je ne sais pas écrire seule chez moi ou assise à un bureau. J’ai besoin des gens autour de moi.

11. Ma phrase bonne humeur

Certains voient le verre à moitié vide, d’autres à moitié plein, alors que l’on devrait y voir la possibilité de le remplir… À méditer pour plus de pensées positives !

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

Un commentaire

  • Répondre Quand mars bien mouillé sera, beaucoup de lectures tu auras. - Lila sur sa Terrasse 5 avril 2017 à 14 h 14 min

    […] son anniversaire. » Et puis à « Mémé dans les orties » d’Aurélie Valognes. Effectivement, les premières pages offrent les premiers rires, […]

  • Laisser un commentaire