Nos Questions, Leurs Réponses

Nos questions. Les réponses de Ian Manook.

18 juillet 2017

Y’a des mecs comme ça, qui vous font taire d’un seul regard. Et si ce regard est accompagné d’un sourire espiègle, en coin, c’est le silence total.

Hall du Livre. Nancy.  Dans une salle comble, je discute avec ma voisine, tout bas. Ian Manook rentre, s’installe et regarde cette assemblée désormais muette. Un petit sourire aux lèvres. Il attend la première question, lance quelques mots et c’est parti pour une heure.

Une heure qui me laisse souriante et curieuse.

Souriante car je découvre un auteur atypique, passionné et passionnant, plein d’humour et de poésie.

Curieuse car figurez vous que je ne l’avais, à l’époque, pas encore lu. Honte à moi, je sais. Et que du coup, je n’ai qu’une hâte: me jeter dans les steppes mongoles, ou du moins dans ses livres. Ce qui est déjà pas mal. Et je n’ai pas lu Ian Manook. Je l’ai dévoré. Avec l’avidité d’un cavalier mongol dévorant une tête de chèvre bouillie. Ou buvant du lait de yack caillé. Faut voir. Bref. Un régal (les livres, hein, pas les mets précédemment cités que je n’ai pas encore eu le courage de tester. Courageuse mais pas téméraire. )

Nath.

***************************************************************************************************************************************************

J’avais croisé Ian lors de la première édition du salon « Des Livres et vous » à Miribel à l’automne dernier… Quelques échanges sans plus et la découverte de sa formidable série jeunesse « Tarko » (précipitez-vous!).

Nous nous sommes retrouvés aux Pontons Flingueurs à Annecy fin juin. Il est en effet le fidèle parrain du trophée Anonym’us dont nous vous parlons régulièrement ici.

J’ai eu la chance de partager sa table, découvrant simultanément son incroyable gentillesse, humilité, ce sourire empli de bienveillance, un humour féroce et son amour pour la bière! (Bon, y’avait pas de lait de yack caillé!)

Découvrant également sa merveilleuse épouse, Françoise… Son sourire, leur complicité, sa tablette qui photographie tous ses précieux instants, sa classe – que j’aimerais lui ressembler dans quelques années!- et là encore une gentillesse et un humour incroyables.

Ces deux-là sont inséparables pour le plus grand plaisir de ceux qui peuvent les observer…

Bref, vous l’aurez compris, je suis tombée amoureuse de leur générosité, de leur simplicité, de ce qu’ils sont et qui transparaît si bien dans l’écriture de Ian…

A présent, je vous laisse sourire à votre tour…

Virginie

 

  1. Mon Kâma-Sûtra de la lecture (toutes positions autorisées)

Je commence en général par la position du « Proustien couché », mais très vite, en fonction du confort du sofa, je glisse vers celle du « toboggan Houellebecquien », ou de la « brouette balzacienne ». Bien sûr, quand la frénésie d’une prose me prend, je peux succomber à la position du « John Irving Garpian Overloop », voire à celle de la « Ricky Wonder Silky Scythe ». Tout dépend…

2. Une île déserte… Une caisse échouée… J’aimerais y trouver…

Une vieille Cadillac décapotable coupé De Ville de 1955 rouge avec les sièges en simili blanc pour pratiquer les positions ci-dessus. Seul bien entendu, et sans essence pour ne pas polluer mon île…

       3. Ce livre que je n’ai jamais terminé

La Bible et je n’en ai pas envie. Ni le Coran, ni rien d’autre du genre. D’ailleurs je ne les ai jamais commencés…

4. Ce livre que j’ai lu, relu et re-relu

La Boutique aux Miracles de Jorge Amado, et aussi La Boutique aux Miracles de Jorge Amado, tout comme La Boutique aux Miracles de Jorge Amado, ainsi que La Boutique aux Miracles de Jorge Amado…

5. Mes petites ou grandes manies de lecteur

Oublier ou perdre mes livres, un peu partout n’importe où. Les corner, les souligner, les surligner. Lire les trente première pages et faire deux piles : ceux que je lirai avec plaisir jusqu’à la fin un de ces jours, et les autres…

6. Ce que je conseille aux non lecteurs

Ne jamais donner leur avis sur les auteurs ou les livres qu’ils n’ont pas lus. Éventuellement s’acheter une âme, un cerveau ou un cœur…

7. Ecrire. Sous quelles drogues?

Triple dose de paresse, injection de nonchalance, piquouzes d’insolence, fumette d’égoïsme et plusieurs rails de générosité…

8. Ecriture intuitive ou réfléchie?

Intuitive après mûre réflexion…

9. Ce livre que j’aurais aimé écrire

La Boutique aux Miracles de Jorge Amado, Le Monde selon Garp de John Irving, ou La Faux soyeuse de Eric Maravelias

10. Mes petites ou grandes manies d’écrivain

Pas de plan, pas de doc préalable, écrire d’un jet sans retour en arrière et de préférence dans une ambiance bruyante et agitée… Mais surtout, ne rien continuer tant que la toute première phrase ne me plaît pas.

11. Ma phrase bonne humeur

Au choix : « J’ai fait le job » ; « Quand on te donne tu prends, quand on te prend tu cries » ; « Il faut tenter sa chance pour savoir ce qu’elle vaut » ; « Y’a pas que l’argent, y’a aussi la haine »… mais rien ne vaut la nostalgie heureuse en un seul mot brésilien : « Saudade »…

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

2 Commentaires

  • dominique.a.lagarde@wanadoo.fr'
    Répondre LAGARDE Dominique 22 juillet 2017 à 22 h 29 min

    bonsoir Lila
    j ai fait la connaissance de Ian et Françoise en juin dernier ,au Festival du Goëland Masqué , j avais Iu
    Ian sur les conseils de mon amie Christiane et m étais régalé , des « héros » consistants , de l humour et une vraie connaissance de la Mongolie qui fait froid dans le dos ….
    vous aimez Le Monde selon Garp ?? mon livre de chevet avec l Hôtel Newhampshire … donc je vais me dépêcher de lire La Boutique aux miracles
    bonne soirée

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 24 juillet 2017 à 14 h 52 min

      Bonjour Dominique!
      J’ai lu Irving lorsque j’étais ado! Il faudrait que je m’y remette! 😀 Merci!

    Laisser un commentaire