Le Boudoir des Nanas

Partir un jour…

21 avril 2015

voyage lointainSublime titre de chanson qui date de 1997 (oui le siècle dernier!!) chanté par les 2be3 un groupe de garçons ou boys band plus séduisants les uns que les autres. Là vous vous dites mais « Qu’est ce qui lui arrive? Elle a craqué? » eh bien non! Cette chanson est dans ma tête depuis ce matin! Allez savoir pourquoi et du coup j’ai décidé de l’exploiter! Enfin quand je dis exploiter les paroles je parle surtout ces trois mots « partir un jour ».
Partir pour réussir à s’évader du quotidien car une fois que le train-train quotidien nous ronge, qu’on a la tête dans le guidon et que l’on avance comme un automate, ce n’est que quand le corps lâche (au sens propre) qu’on se rend compte qu’ il aurait fallu qu’on parte avant de péter les plombs, avant d’avoir le dos bloqué, la nuque coincée, un début d’ulcère à l’estomac et que votre entourage vous dit : « Tu es beaucoup trop nerveuse, il faut te détendre, il faut te calmer!!! »
Ah oui ! facile à dire mais comment faire? Quand le faire?
sport partirPour aller au plus vite faire du sport pour faire « partir » de son corps toutes les toxines accumulées durant la journée, la semaine, le mois, l’année mais aussi ça permet de produire cette petite hormone appelée l’ endorphine libérée par le cerveau, notamment de la course à pied. C’est un médicament anti-stress naturel à utiliser sans modération. Pour ma part je nage et je marche car pas de contraintes horaires! Ok pour la marche vaut mieux qu’il fasse relativement sec sinon on se transforme vite en soupe!! Pour nager le problème c’est le brushing et le maquillage de fin de séance afin d’être toujours au top. Mais dans la mesure où sur la Terrasse nous sommes toutes des princesses toujours belles le problème ne se pose pas.
Pour partir loin, vraiment loin, sans bouger de son canapé il y a la lecture : là c’est l’évasion totale selon le livre choisi : on peut s’évader dans des contrées obscures avec Nathalie Hug et Jérôme Camut (ça y est je suis happée par le sourire des pendus) ou des contrées plus lointaines ou toutes proches selon le livre. Pour ça, faites confiance aux bons soins de notre Lila car là on a à faire à un maître en la matière!!!

Mais pour partir, pour de vrai je veux dire, il faut préparer son sac, sa valise, passer à l’agence de voyage ou encoreile déserte aller à la gare, l’aéroport prendre un billet (un aller simple peut suffire) et embarcation immédiate pour la destination de vos rêves. Pour beaucoup, leur rêve c’est l’île déserte avec pour seul bagage : rien. Pour moi, je ne peux pas me séparer de mon téléphone ( mon doudou comme dirait ma mère), un bon livre, une bouteille de blanc (on est Sue Helen ou on ne l’est pas!!). En tout cas, se réfugier dans un endroit neutre pour faire LE point et revenir plus fort.
Partir c’est aussi laisser derrière soi tout ce (et ceux) qui nous empêchent d’avancer, de progresser. C’est aussi pour se retrouver soi, se poser, tenter de vider son esprit en étant plongé dans un paysage dépourvu de civilisation, de bruit, un endroit qui vous touche, qui vous laisse sans voix (même moi qui parle beaucoup je l’ai trouvé cet endroit qui me cloue sur place).
« Partir un jour, sans retour …. » oui avec plaisir mais « le sans retour » est extrêmement difficile et compliqué (pour moi en tout cas) mais un break est nécessaire et utile pour notre bien-être.

[ssba]

Vous aimerez sans doute

%d blogueurs aiment cette page :