La Malle aux Livres

Pique-nique à Hanging Rock – Joan Lindsay

28 mai 2016

pique nique à hanging rockDébut du XIXème siècle. Un collège privée pour filles de très bonne famille. Des règles de vie d’un autre temps. Des enseignantes aussi différentes que possible. Un rythme de vie quasiment monacal.

Et non loin de là… Hanging Rock. Un immense rocher au milieu du bush australien. Avec des chemins étroits, des excavations secrètes, des serpents vénimeux, des bêtes en tout genre… Ancien lieu de culte aborigène. Endroit ombragé et idéal pour un pique-nique…

C’est ce que pense Mrs Appleyard, directrice ô combien rigide de cette institution. Quelle ne va pas être sa déconvenue quand au retour de cette sortie de la Saint Valentin toutes ne répondront pas à l’appel… 3 jeunes filles et leur professeur de maths ont disparu sans laisser une seule trace. Parties s’aventurer sur les chemins abrupts, elles ne reviendront pas. Aucun témoin, aucun indice.

Au bout de plusieurs jours de recherches, seule l’une d’entre elle sera retrouvée. Vivante mais amnésique, ne se souvenant de rien de cette journée…

Le mystère restera entier.  Jamais l’explication de ces disparitions n’est donnée… Les suspicions, les doutes, les peurs… donnent à ce roman un côté parfois oppressant, noir. Laissant le lecteur libre d’imaginer. Ou simplement de ne pas chercher la solution de cette énigme.

« Pique-Nique à Hanging Rock » est une sorte de roman policier écrit avec la beauté d’une langue d’un autre temps… Oui… Nous nous retrouvons au beau milieu de cette époque où les jeunes filles devaient porter des corsets, des bas noirs en plein été et des gants pour traverser la ville, avec interdiction d’ôter leur chapeau… Où la parole de l’adulte était reine et ne laissait nulle place à la contradiction. Où les employés de maison étaient presque des esclaves qui devaient obéir sans faillir ni donner l’impression d’être attachés aux pensionnaires. Où les personnes extérieures n’avaient aucun droit de regard sur ce qui se passait dans l’enceinte de l’établissement… La rigidité de ces écoles privées nous paraissant inconcevable.

L’écriture est superbe. Certains considèrent ce livre comme un chef d’oeuvre, un « classique » de la littérature australienne. Je les rejoins. Il est fascinant. Une petite pépite à lire absolument!

Chronique écrite en partenariat avec Le Livre de Poche.

(Peter Weir a adapté ce film en 1975. L’ambiance est là… Le mystère aussi…)

[ssba]

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • Répondre En mai? Lis ce qu'il te plaît... - Lila sur sa Terrasse 4 juin 2016 à 17 h 58 min

    […] C’est ICI! […]

  • cathielouvet@gmail.com'
    Répondre cathie 29 janvier 2018 à 19 h 01 min

    J’ai lu ce bouquin il y a super longtemps et je me souviens que je l’avais adoré. Merci pour ce rappel et ce partage 🙂

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 3 février 2018 à 17 h 24 min

      Merci! C’est quand même incroyable cette histoire, non?

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :