Le Boudoir des Nanas

La viperina lingua… Autrement dit, la langue de vipère…

15 avril 2015
Photo d'une plaque de rue intitluée Rue de la médisance sur fond noir avec un cadre filet gris

La langue de vipère…

…comme son nom ne l’indique pas, est une sale bestiole, de sexe féminin ou masculin, qui vit dans nos contrées, plus ou moins lointaines. Parasite se reproduisant au simple contact d’êtres dépourvus de jugeote, d’esprit et de discernement, (C’est dire si le vivier est grand!), et leur transmet insidieusement le goût des mauvaises pensées et des saloperies en tout genre à véhiculer.

Son habitat est varié. Aucune spécificité particulière.

Son mode de vie est basé sur des choses viles et cruelles: médisance, bêtise et méchanceté. Cette sale bête se repaît du malheur des autres, de leurs faiblesses humaines et sur des actes dont elle ne sait rien. Elle comble ainsi le vide abyssal de sa pauvre vie triste. Et se sent ainsi importante et supérieure, ignorant tout de ce mot simple humanité.

Son terrain de chasse? Partout et n’importe où.

Quand? Tout le temps! À chaque instant.

Dans sa vie de famille, elle semble parfaite, et aime donner une impression d’être irréprochable. Ses enfants étant les plus beaux, les meilleurs, les plus intelligents, et s’affichant partout au bras d’une épouse/un époux, aveuglé(e) par sa prestance et sa facilité à aller vers les autres. Sa vie insipide et triste s’étalant sans retenue sur les réseaux sociaux.

Il est parfois difficile de les reconnaître, la vie se chargeant de vous les dévoiler dans des circonstances pas forcément agréables, mais après quelques temps de colère et d’amertume, on remercie cette même vie de nous avoir ouvert les yeux. Même si cette langue de vipère était un(e) ami(e) très proche, sachez que vous êtes délivré(e)s d’un poids énorme et d’une influence néfaste.

Leurs domaines de prédilection sont: tout et n’importe quoi, pourvu que cela puisse amener ragots, cancans et occasions de déblatérer sur les trottoirs, au travail ou dans leur propre salon.

Exemples?

« Vous savez quoi? Le mari de truc est parti avec la femme de machin! Pauvre truc, elle est dans un état déplorable! »

Ce qu’il en est vraiment:

Le mari de truc a effectivement quitté sa femme (qui le traitait comme une merde en public, qui se vantait de lui être indispensable matériellement, et qui se gaussait de l’envoyer chier quand il lui parlait sexe ou autre fantaisie), pour une jolie femme divorcée.

Donc…

… la langue de vipère plaint une femme que l’on critiquait sans cesse quelques jours auparavant, on salit une autre femme, trop jolie, sûre d’elle et qui a la désinvolture d’être amie avec le mari en question. Et on oublie les rivalités passées pour cancaner en toute tranquillité, histoire d’oublier la médiocrité de sa vie…

« Comme elle a grossi celle là! Il faut qu’elle arrête de bouffer, elle va devenir grosse comme une vache! »

Ce qu’il en est vraiment:

La personne en question a de gros soucis de santé qui nécessitent un traitement qui fait grossir mais comme elle est discrète et réservée, elle n’a rien dit à personne, sauf à ses proches.

Donc…

… la sale bestiole se gausse de la prise de poids de cette personne en se moquant d’elle, persuadée d’être, elle, une belle personne, ignorant que sa méchanceté se lit et se devine sous son sourire carnassier.

« Elle reçoit des tas de mecs chez elle et elle aime boire: elle se les tape tous c’est certain! »

Ce qu’il en est vraiment:

Cette femme a de nombreux potes qui viennent l’aider dans ses travaux, souvent accompagnés de leurs femmes d’ailleurs, ou simplement boire un verre en amateurs de bons vins qu’ils sont tous, en toute amitié et sans idées pernicieuses.

Donc…

…l’amitié homme/femme étant contre nature chez ses décérébrés notoires, cette femme ne peut être qu’une salope de bas étage qui se permet de s’envoyer les maris de ses copines, sous l’emprise de l’alcool qui plus est!

Voilà…

Vous voyez donc de quoi je parle?

Comment se débarrasser de ces langues de vipère?

Manière radicale…

…une bonne claque dans leur tronche, à défaut d’insecticides existants et efficaces.

Manière frontale…

…les mettre face à leur bêtise en les affrontant de vive voix. Mais attention, la sale bestiole sait manipuler et à l’instar d’un certain serpent du Livre de la Jungle, version Disney, ou de Jafar, Aladin saura vous endormir et adoucir vos rancœurs.

Manière intelligente…

…les rayer définitivement de votre entourage et les ignorer superbement. Et là, à l’instar des seiches, elles s’enfuiront en éjectant un produit aussi noir que leur âme ou alors comme le putois, en s’entourant d’un nuage aussi malodorant que leur personne…

Manière très intelligente et sage…

…leur dire qu’on les plaint, que leur vie devrait évoluer positivement et leur proposer de les accompagner à des cours de yoga et de méditation. (Même si la greffe de cerveau paraît ici plus adéquate!)

Et je propose ici, quelques questions qui pourraient mériter de grandes discussions encore…

« Tout jugement hâtif signifie-t-il que je suis un gros con ou une connasse? »

« Savoir se taire ne serait-il pas finalement une infime  preuve d’intelligence pour les imbéciles notoires qui ont un avis sur tout? »

« Toute langue de pute notable est-elle la preuve d’un indéfendable esprit malade? »

Toute ressemblance avec des personnes existant n’est absolument pas fortuite et encore moins le fruit du hasard!
[ssba]

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • nemo8352@yahoo.fr'
    Répondre Guy ROBERT 7 août 2015 à 13 h 29 min

    Bravo pour cette thèse sur les langues de putes!!!Cordialement

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 16 août 2015 à 12 h 10 min

      merci beaucoup!!!!!

  • Répondre Le foot et moi en dix points essentiels! - Lila sur sa Terrasse 11 juin 2016 à 8 h 00 min

    […] je sais… Je vais faire ma langue de vip’…. Vous croyez que ces mêmes femmes se seraient retournées sur le passage du même homme […]

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :