La Malle aux Livres

Quand mars bien mouillé sera, beaucoup de lectures tu auras.

5 avril 2017
Photo de Marilyn Monroe en peignoir de bain, lisant allongée la main droite tenant sa tête

Véritable dicton « Quand mars bien mouillé sera, beaucoup de lectures tu auras »

Adieu Gloria – Megan Abbott

Les années 50′? 60′? Une Amérique dans laquelle salles de jeux obscures, casinos et champs de courses ont encore le vent en poupe. Des gains partagés entre malfrats, mafieux et hommes de main sans scrupules. Dans ces milieux masculins rares étaient les femmes de pouvoir. Quelques filles de joie qui passaient de bras en bras dans l’espoir de tomber sur un Prince pas forcément charmant mais, au moins riche heureux d’un jackpot providentiel… Des filles qui avaient abandonné leur vertu et leur dignité pour quelques effluves de mauvaises eaux de Cologne mêlées aux odeurs de ces cigares bas de gamme donnant une contenance à ces loosers aux poches percées, mais des rêves naïfs qui les amenaient au bord de l’abîme, aussi noir que les hématomes réguliers de leurs visages. Mais point de ces filles ici. Juste Gloria. Et sa « petite » protégée…

Une ambiance noire. Intrigante. Malsaine… Dans laquelle Gloria, femme fatale d’une quarantaine d’années, au physique superbe, froide, déterminée, travaillant pour ces hommes qui engrangent recettes, pots de vin et qui décident de la vie et de la mort des « petits » de ce milieu, décide de prendre sous son aile, la narratrice, jeune, belle et les dents longues. Elle va lui apprendre les ficelles du métier, les arnaques, les choses à éviter. De qui se méfier, de savoir quoi faire. Et surtout ne pas faire. Mais ça… Pas simple de ne pas tomber amoureuse quand le mec en face a une belle gueule, de la gouaille, de la prestance et que l’on est encore empreint d’une certaine innocence… Peu importe qu’il soit un looser de la pire espèce. Dès la première nuit passée avec lui, l’équilibre entre ce duo de femmes est mis à rude épreuve…  Qui flanchera la première? Jusqu’où sont elles capables d’aller? Qui a dit que dans ces milieux les femmes étaient faibles?

A lire absolument.

 

Danser au bord de l’abîme – Grégoire Delacourt

Emma, qurante ans, mariées, trois enfants, heureuse, croise le regard d’un homme dans une brasserie.Aussitôt, elle sait.

Que risque t-on? quand on risque tout.

Vous voyez, ce petit résumé, en quatrième de couverture en dit suffisamment … Ce roman se découvre au fil des pages, que l’on tourne avec mélancolie… On pourrait croire que tout est écrit mais Grégoire Delacourt est surprenant… Il nous promène dans l’histoire d’une femme, Emma. D’un choix qui  bouleversera sa vie, celle de son entourage aussi.

J’ai adoré ce livre, j’ai beaucoup pleuré, il est vrai…Mais, ici  il est question  d’amour, dans tous les sens du terme… Heureux, dramatique mais aussi tragique… Beaucoup de sujet y sont abordés. La famille, la maladie, la séparation, le deuil,  le sentiment injuste d’inachevé… Mais surtout  l’amitié, qui est une forme d’amour sans désir de l’autre.

Il y a ce parallèle étrange, mais approprié qu’Emma, la narratrice, fait  avec la chèvre Monsieur Seguin dès les premières pages…

La triste fin de Blanquette luttant toute la nuit, attendant l’aube  pour s’éteindre …Et qui une fois arrivée se dit  » c’est déjà le jour » et ce fameux « déjà »  résonne comme le glas de fin… Symbole de son courage , assumant ses décision passées …Et le prix qu’il a fallu payer pour jouir de ce cour instant de liberté.

J’avais sept ans et je savais que c’était déjà fini; qu’effleurées, touchées, à peine goûtées, les choses s’estompaient déjà, qu’il n’en restait plus qu’un souvenir, une promesse triste.

Près de trente-trois ans plus tard, comme la petite chèvre de Daudet, j’avais espéré tenir, au moins jusqu’à l’aube.

Une histoire bouleversante, que vous achèverez le cœur plein d’espoir pour l’avenir… même si parfois nous avons l’impression de payer cher certains de nos choix, il faut retenir le bon côté et ce qu’ils nous ont apporté…

Grégoire Delacourt est un auteur que j’affectionne énormément… En mai prochain, cela fera trois ans exactement qu’un après-midi, lors d’un week end prolongé dans les Vosges, je me suis allongée sur transat, « La liste de mes envies » entre les mains… 15 ans que je n’avais plus touché un roman…Depuis les livres ont envahi ma maison. Grâce à Grégoire Delacourt, à d’autres auteurs aussi par la suite… Mais surtout à une femme, sans qui je n’aurais jamais su, que lire pouvait procurer autant de plaisir…Pas besoin de vous la citer, vous avez compris qui « elle » est…    (Par Vanda)

Les filles des autres – Amy Gentry

beaucoup de lecturesIssu de la collection polar « La bête noire » des éditions Robert Laffont, ce livre est une première pour l’auteur et il est très réussi.

Un début banal, voire très cliché, digne d’une série B diffusée les après midi en semaine sur Tf1 remplaçant les feux de l’amour que même ma mamie méprise, au passage.

ÊTES-VOUS BIEN CERTAINE DE CONNAÎTRE VOTRE FILLE ?
D’AILLEURS, EST-CE VRAIMENT LA VÔTRE ?

À 13 ans, Julie Whitaker a été kidnappée dans sa chambre au beau milieu de la nuit, sous les yeux de sa petite sœur. Dévastée, la famille a réussi à rester soudée, oscillant entre espoir, colère et détresse. Or, un soir, huit ans plus tard, voilà qu’une jeune femme pâle et amaigrie se présente à la porte : c’est Julie.
Passées la surprise et l’émotion, tout le monde voudrait se réjouir et rattraper enfin le temps perdu. Mais Anna, la mère, est très vite assaillie de doutes. Aussi, lorsqu’un ex-inspecteur la contacte, elle se lance dans une tortueuse recherche de la vérité – n’osant s’avouer combien elle aimerait que cette jeune fille soit réellement la sienne…

Donc voilà, passée l’émotion des retrouvailles, et ce malgré le soulagement de l’avoir auprès d’elle, Anna la mère va être empreint de doute… Car cette fille s’avère bien différente de ses souvenirs… Certes elle n’avait que 13 ans lorsqu’elle à disparu, et la voilà aujourd’hui confrontée à une adulte… Mais de nombreuses zone d’ombres et des incohérences dans sa déposition vont lui faire se poser mille et une questions…

Et c’est à partir de là, que nous aussi lecteurs nous entrons de ce thriller psychologique,  car non seulement nous sommes perturbés par Anna, puis un chapitre sur deux par les explications des autres personnes… Chut…! Il faut que j’arrête: j’ai un don inouï pour le « spoilage » …

Mais, si je vous dis qu’en fermant le livre, vous vous apercevrez que la réponse à vos questions se trouve dans le titre… En ai-je, trop dit ou pas?… (Par Vanda)

 

Serre-moi fort – Claire Favan

Si comme moi vous ne connaissez pas Claire Favan, alors j’annonce la couleur, courrez chez votre libraire et procurez vous ce bijou en format poche chez Pocket!!! Personnellement, je fus sidérée par ce roman. Une pépite, une découverte pour ma part à la fois déroutante et époustouflante… J’étais en apnée tout au long de ce livre, une fois commencé impossible de vous en détourner… Je suis une addict de la série « Esprits criminels » et franchement ce roman surpasse, tout ce qu’un épisode aurait pu m’apporter en 1h… Il est juste … Désolée je n’ai pas de mots… J’ai commencé « Serre moi fort » mercredi soir, j’ai préféré prolonger ce roman, plutôt que de visionner Grey’s Anatomy  (seule émission que je regarde un soir de semaine.) … De fatigue, aux alentours de minuit, je me suis endormie. Vers 4h du matin, je fus tirée de mon sommeil par une envie irrépressible de poursuivre ma lecture là où je l’avais arrêtée… C’est dire…

Si vous saviez, le nombre de fois où j’ai sursauté… Que les sentiments d’injustice ont plané  et ou l’indifférence m’ont bouleversée… J’ai achevé  « Serre-moi fort » jeudi en fin d’après midi, sonnée, absurdie, genre « Non, ce n’est pas possible »…  Je me suis d’ailleurs demandée, si la nuit venue, j’arriverai à m’endormir, car certains passages sont violents, leurs descriptions sont à la frontière de la réalité… Une intrigue psychologique, qui croyez-moi, jouera avec vos nerfs jusqu’à la fin..!

« Serre-moi fort. » Cela pourrait ressembler à un appel au secours. Du jeune Nick, tout d’abord. Victime collatérale de la disparition inexpliquée de sa sœur, contraint de vivre dans un foyer brisé et entre deux parents totalement obsédés par leur quête de vérité. Il aimerait tant que sa mère le prenne dans ses bras… D’Adam Gibson, ensuite. Policier chargé de diriger l’équipe qui enquête sur la découverte d’un effroyable charnier dans l’Alabama, il doit identifier les victimes – toutes des femmes – et tenter de remonter jusqu’au tueur, qui a savamment brouillé les pistes. Si Adam parvient à cerner quelques-unes de ses motivations, c’est à peu près tout. Et il prend le risque de trop qui le jette directement dans les bras du tueur. Commence alors entre eux un affrontement psychologique d’une rare violence… N’entendez-vous pas leur appel désespéré quand tous murmurent : « Serre-moi fort » ?

(Par Vanda)

Je n’ai pas toujours été un vieux con – Alexandre Feraga

Quand Virginie m’a tendu ce livre, j’ai souri. Non pas parce que le titre m’a donné envie de l’offrir à certaines connaissances, mais parce que j’ai repensé à ce livre de Jonas Jonasson « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire. » Et puis à « Mémé dans les orties » d’Aurélie Valognes. Effectivement, les premières pages offrent les premiers rires, sourires….

Un humour décapant, cinglant. On s’attache tout de suite à Léon, sauvé in extremis des flammes de son appartement et envoyé en rééducation dans une maison pour personnes âgées… Refusant l’idée d’être vieux et dépendant, mais n’ayant d’autre choix dans cette maison de repos que de laisser les infirmières ou autres kinés prendre les décisions à sa place, et de supporter les autres malades pourtant affables avec lui, il nous raconte sa vie, un chapitre sur deux… Il va nouer une amitié surprenante avec Roger et Jack nous donnant ainsi une belle leçon de vie et de philosophie.

Un voyage émouvant entre passé et présent. Un voyage drôle mais emprunt d’une certaine nostalgie voire tristesse. Si Léon est si dur avec les autres, dénué de toute empathie apparente, franc à faire mal, cynique et moqueur, le récit de sa vie nous donne des explications, des éclaircissements, et nous, lecteurs, nous lui pardonnons ses écarts. Et nous en rions d’autant plus.

Si les vieux radotent, ce n’est pas pour emmerder leur entourage, c’est pour bien garder à l’esprit tous les bons et mauvais moments qu’ils ont vécus. Pour se rappeler qu’ils ont eu une vie, que l’état de décrépitude dans lequel ils se trouvent ne résume pas leur existence.

Ils ont même inventé des pilules pour que nous bandions encore. Je ne suis pas contre mais il faut avouer que certains débris mériteraient d’être poussés plus rapidement vers la sortie. nous allons bien nous marrer quand cinquante pour cent de la population aura plus de 65 ans. Quand un tiers bavera, le menton collé à la poitrine, le cerveau mité par l’industrie pharmaceutique. Quand les salaires des actifs couvriront à peine le maintien des retraites. Quand les vieux, effrayés par le lendemain, ne dépenseront plus un kopeck, ni en croisières, ni en pilules pour bander. Lorsque les têtes dirigeantes auront les poches vides, ils réfléchiront à 2 fois avant de conchier les partisans de l’euthanasie. (…) Pauvres pays riches. Il y a sur cette foutue Terre des gosses qui ne passeront pas leur jeunesse par malnutrition et nous, nous poussons plus loin les limites de la vie. (…) Une guerre opposant des bougres qui essaient de vivre contre une armée qui n’arrive plus à mourir, il y aurait de quoi pisser de rire.

Ça a commencé comme ça – Angela Morelli

Un livre souriant, frais et qui fait du bien! Un feel good book à découvrir!!!!

 

 

 

 

 

 

 

Fidèle au poste – Amélie Antoine

Un thriller hors du commun, surprenant et efficace… A découvrir ici!

 

 

 

 

 

 

Ghostfather – Eric Calatraba

Notre gros coup de coeur!!! Une chronique écrite à 4 mains, sur un livre à lire de toute urgence!

 

 

 

 

 

 

L’amie prodigieuse – Elena Ferrante

Quand 2 livres vous tiennent en haleine et refusent de vous lâcher! A lire absolument! Chronique, ici!

 

 

 

 

Le garçon – Marcus Malte

Gros coup de coeur de ce début d’année pour Virginie ! Chronique à lire ici!

 

 

Partager sur…Share on Facebook52Tweet about this on TwitterGoogle+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

Pas de commentaire

Laisser un commentaire