Le Boudoir des Nanas

Une simple lettre d’amourS…

22 mai 2018

Voilà 2 mois, Jo nous quittait. Vaincu par cette saloperie de maladie.

Sa maman vient de le rejoindre.

Gé, mon ami de toujours, a trouvé dans les écrits de Jo une lettre d’amour imaginée. En la lisant, avec son frère Yannick, ils ont eu l’idée de la transformer, de la retravailler, imaginant ce que leur maman aurait pu écrire à leur père, la veille de sa mort…

Boulversante, émouvante, touchante… Une lettre écrite finalement à 3… De façon surprenante… Mais une lettre qui révèle un amour magnifique de filS à mère… Une façon éblouissante de lui dire Au Revoir, dans cette petite église de campagne… Eux ici, et lui là haut.

Quand Gé m’a proposé de la publier si elle me plaisait, je savais que je la publierai même si elle ne me plaisait pas. Pour Jo. Pour eux. Pour leur papa. Et pour leur maman qui a vécu le pire des cauchemars ces deux derniers mois.

Une simple lettre d’amourS.

Que je publie pour eux. Parce que je les aime. Et que j’ai mal avec eux.

Nath.

***********************************************************************************************************************************

Lettre d’amour de notre mère à notre père…

« Mon Amour,

Comme tous les amoureux qui s’étaient tant promis
De garder leurs cheveux bien à l’abri du gris
>De ne jamais blesser, de ne jamais mentir
De ne rien oublier si ce n’est de mourir.

Pardonne-moi mon amour de te lâcher la main
Si je pars avant toi et j’en prends le chemin
Mais le temps m’assassine et me courbe le dos
Les lumières des vitrines ont disparu bien tôt.

Tu m’as donné ta vie, je t’ai prêté la mienne
Qu’il faut rendre aujourd’hui mais qu’à cela ne tienne
Je referme les yeux, un instant mon étoile
Pour mourir amoureuse, pour crever de ce mal.

Comme tous les amoureux, je m’allonge aujourd’hui
Exhibant mes cheveux, à mon goût bien trop gris
Je suis morte à l’instant où j’ai lu dans ses yeux
Que notr’ regretté fils  s’en allait malheureux.

A quoi bon s’accrocher quand j’ai trop bien compris
Que le temps a brûlé ce qu’il nous a promis
Que les jours ont volé, que les nuits ont menti
Et fini par noyer le plus bel incendie.

N’oublie pas ta promesse de ne pas trop pleurer
Retiens juste l’ivresse, la fièvre et la beauté
Tu garderas de moi, quelques mots, quelques lettres
Quelques jolis émaux et des fenêtres ouvertes.

Goûte encore aux plaisirs, offre-toi à ce temps
Tu n’as pas à rougir, tu l’as pris comme amant
Ce temps t’a vu si seul, ce temps que je déteste
Je lui crache à la gueule, pour le peu qu’il m’en reste.

Je veux juste crier, je veux just’ que tu saches
A devoir m’envoler, c’est le cœur qu’on m’arrache
De décembre à janvier, et de juillet à juin
C’est ton cœur qui a fait, un peu battre le mien.

Et sortir de ma geôle, revenir du tombeau
Pour couvrir tes épaules de ton sombre tricot
Mais je le sais trop bien, personne ne s’en soucie
Alors couvre toi bien et prends soin des petits. »

Jo, Yannick et Gérald.

[ssba]

Vous aimerez sans doute

2 Commentaires

  • sideau@yahoo.fr'
    Répondre Sido de Errancesimmobiles 23 mai 2018 à 20 h 34 min

    Quelques larmes d’émotions laissées ici en commentaire. Merci de ce partage.

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 2 juin 2018 à 19 h 56 min

      Merci Sido… Je t’avoue en avoir versé quelques unes aussi… <3

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :