Le Boudoir des Nanas

Supporter. Ce mot à bannir du vocabulaire dit « amoureux ».

20 novembre 2015

Certains mots sont glaçants quand on dit être amoureux, ou qu’on le croit. Je dis « croit » parce que parfois ce n’est qu’une illusion. Long sujet qui méritera une chronique ultérieure.

Parce qu’écouter certains parler de leur vie de couple, franchement, cela équivaut parfois à regarder un film d’épouvante ou alors cela déclenche une recherche Google « Entrer au couvent, modalités d’emploi et conditions ».

Parce que quand vous entendez des phrases comme :

« Putain, mon mari je ne le supporte plus! »

« Elle m’a dit « De toute façon, même si tu me quittes, tu n’en trouveras pas une autre pour te supporter comme moi je te supporte. »

« Je ne sais pas combien de temps je vais supporter ses chaussettes qui traînent partout »

Vous avez juste envie de poser délicatement votre verre, votre mug, de sourire et de vous lancer dans une diatribe sur les mots qui devraient interdit en « amour », parce que vous en connaissez une paire, et que le pire de tous est sans doute celui ci: SUPPORTER. A égalité avec PEUR. (Chronique ultérieure aussi)

Prenons les définitions de ce mot dans le petit Larousse:

1) « Soutenir quelque chose, lui servir d’appui, d’assise »

Bon là, dans l’absolu, cela pourrait passer, « soutenir », c’est joli cette idée de soutenir quelqu’un quand il en a besoin. Très joli même. Voire indispensable. Mais ce n’est pas ce sens que « supporter » est utilisé malheureusement… « Assise ». Ben il n’est pas né celui qui s’assoira sur moi.

2) « Assumer une charge, une obligation »

Trois mots qui donnent froid dans le dos. Assumer. Charge. Obligation. Que ces mots sont laids, abjects, quand on est sensé parler d' »amour »… Que je reste seule à jamais plutôt que de savoir que l’on parle de moi en ces termes.

3) « Être soumis à redevance »

 C’est marrant mais là j’ai une image terrible de TV attachée avec des menottes… Soumis. Redevance. J’ai la nausée, là…

4) « Résister à l’effet de quelque chose, ne pas en être endommagé« 

Bon, ok, on résiste un peu au début d’une relation, juste pour dire « Vas y, flatte moi, cours moi après… » mais à la fin de cette définition, il y ce mot terrible: « endommagé »… « ne pas en être endommagé »… Vous savez… Ces blessures qu’on s’évertue à essayer de refermer, parce qu’à trop accepter ou « résister », on a détruit une part de nous.

5) « Subir quelque chose en y résistant, en faisant face »

Subir… cf. point 2 pour voir ce que je pense de ce mot! « Résister, faire face »: on est en guerre ou quoi? Remarquez… Quand je vois certains couples, oui, je me dis que oui, ils sont en guerre. Et cela me navre pour eux.

6) « Ne pas être gêné par quelque chose, n’en éprouver aucun inconvénient: il ne supporte pas le bruit »

Être gêné,  inconvénient… Wouaaaawwww… Quand je vous dis que je vais adopter un chien!

Et la plus criante de toutes ces définitions…

7) « Accepter la présence de quelqu’un, tolérer ses manières, même si l’on en souffre »

 Accepter… Tolérer… On a beau dire que la tolérance est importante, moi je trouve que ce mot a un côté « j’accepte mais bon… » Parce qu’il y a des « mais ». Quant à « même si l’on en souffre »… Je vais adopter deux chiens, tiens!

Donc, maintenant:

A tous ceux et celles de mon entourage, qui liront ces lignes, (et à tous ceux que je ne connais pas d’ailleurs) et qui  prononceront désormais  ce mot « SUPPORTER » concernant leur vie à 2, devant moi, sérieusement,pensez à une chose: vous entendre parler comme cela, cela va me coûter un bras en croquettes pour chiens et je vais continuer à ériger cette muraille, ces convictions qui m’éviteront d’imaginer entendre un jour « charge, obligation, redevance, soumis, endommagé, subir, tolérer, souffrir… » à mon encontre.

Il ne faut pas prendre chaque mot au pied de la lettre? Sans doute. mais moi celui ci me hérisse le poil. (Vous voyez, j’emploie déjà un vocabulaire canin!).

On peut dire « Je ne supporte pas la connerie humaine » « Je ne supporte pas d’attendre le bus » « Je ne supporte pas l’odeur de chien mouillé! » (ah mince… Cela aussi je vais le bannir de mon vocabulaire!)…

Mais  c’est vrai que l’on a le droit de ne pas forcément comprendre l’autre, se questionner ou le questionner dans le meilleur des cas… De dire des choses de façon brutale, parce que nous sommes humains, spontanés, plus ou moins émotifs, plus ou moins raisonnés…  Mais « Supporter »… Ce mot devrait être tout simplement banni du vocabulaire « amoureux ». Vous vous rendez compte de toute la négativité que transporte ce mot? Que lorsqu’on le prononce, tous les mots cités ci dessus surgissent avec une incroyable agressivité…

Ok, ok. Je sais que je suis un rien excessive. Très ou trop à l’écoute des mots et de leur sens. Je devrais parfois ne pas me focaliser sur la négativité d’un mot et savoir reconnaître et accepter les nuances dans son emploi. Je sais tout ça. Mais je n’y arrive pas. « Supporter » tout comme « Peur » sont des mots que je déteste dans ce contexte. Ils reflètent tant d’aspects négatifs pour moi que j’en deviendrai mauvaise. C’est comme ça. Je suppose que nous avons tous nos mots à bannir non? Ces mots blessants et pesants. Ceux qui résonnent longtemps. Et qui vous laissent le cœur en charpie pendant des semaines. Des mois. Des années. Comment?…  C’est dur « Le cœur en charpie »? Vous trouvez?  Marc, lui, me disait très récemment qu’il aimait cette expression, pour ce qu’elle représentait de vrai, et malgré tout ce dont nous venions de parler; comme quoi nous n’accordons pas la même valeur aux mots, selon notre vécu, notre réflexion et notre sensibilité.

Bon… Vous essayerez d’éviter d’employer « supporter » quand vous me parlerez de celui ou celle qui partage vos nuits? Vos jours? Vos promenades avec votre chien?

Moi j’espère n’avoir jamais à « supporter » celui m’aimera assez pour accepter mon chien sur le lit. Celui qui acceptera de le sortir le soir quand il neigera et que je serai au chaud sous mon plaid. Ou qui lui donnera son bout de steack parce que j’ai oublié d’acheter des croquettes… Bref… Je vous vends du rêve, de la passion, je sais, je suis insupportable calée en la matière. Plus sérieusement.  J’espère en incontestable rêveuse que je suis, que ce mot n’aura jamais lieu d’être. Que je serai assez bien et apaisée pour ne pas imaginer avoir à l’employer. Et que si je dis « Il est insupportable », cela ne concernera que le chien qui a fait ses besoins sur mon tapis.

Bon allez! Je vous laisse! Je file à la S.P.A.

[ssba]

Vous aimerez sans doute

4 Commentaires

  • f.didelot@wanadoo.fr'
    Répondre Marc 20 novembre 2015 à 21 h 17 min

    Oui, je trouve ce mot « supporter » incompatible avec une relation amoureuse. Si on s’aime, on n’a pas besoin de « supporter » l’autre !! Ce doit être une joie, une féérie, un enchantement renouvelé… Quand on se « supporte », c’est que l’on est arrivé au stade de « Scènes de ménage », et qu’on reste ensemble par habitude …

    Quant à l’expression « avoir le cœur en charpie », non, je ne la trouve pas belle, mais dans certaines situations, quand l’amour a disparu, qu’on est rejeté, que des mots durs sont prononcés, oui on a le cœur en « charpie »…

    Dans ce cas-là, il faut se changer les idées: lire (ou relire) un livre, aller au cinéma, mettre une jupe …

    LOVE

    • Répondre Lila sur sa Terrasse 20 novembre 2015 à 21 h 21 min

      Voilà…. C’est ce que tu me disais l’autre jour…. 😀
      pas simple hein?

  • Répondre Petites confidences du soir... (5) - Lila sur sa Terrasse 4 décembre 2015 à 1 h 30 min

    […] de mes lectures. Un homme qui me ferait oublier l’envie d’adopter deux chiens… Voir article suivant pour ceux qui n’ont pas suivi! Un homme qui ne mentirait pas ou alors juste sur l’heure pour ne me laisser quitter ses […]

  • Répondre Les histoires d'A... - Lila sur sa Terrasse 27 décembre 2015 à 22 h 41 min

    […] classique, Monsieur et Madame se connaissent depuis longtemps (trop longtemps du coup) et la routine s’installe. On ne fait […]

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :