Anonym'us

Trophée Anonym’us – Interview d’Yvan Robin

28 septembre 2017

Yvan Robin est le premier participant à avoir répondu aux questions de Lila… Moins d’une heure pour le faire! Record à battre!

Je vous laisse découvrir ses réponses…

 

1- Votre premier manuscrit envoyé à un éditeur, racontez-nous ?

Mon tout premier manuscrit de roman, « Les multiples de un », était un projet de roman noir assez naïf sur les multiples personnalités d’un individu… Il m’a valu les refus des quelques éditeurs sollicités, dont un retour personnalisé assez encourageant qui m’a incité à persévérer. Mon second manuscrit a été publié (« La disgrâce des noyés » – Editions Baleine), puis il m’a fallu aboutir 7 manuscrits pour de nouveau signer un contrat d’édition (« Travailler tue » – Editions Lajouanie). Un véritable parcours du combattant puisque sur ces 7 manuscrits, j’ai failli signer dans de grandes maisons à plusieurs reprises.

 

2- Ecrire… Quelles sont vos exigences vis à vis de votre écriture ?

Dans mes premiers écrits, j’avais des exigences formelles très arrêtées, par exemple : pas d’éléments d’encrage temporo-spatial, pas de noms propres, pas de dialogues, pas de travail de recherche…

Avec le temps, je cherche plus à adapter la forme du texte avec le fond (l’histoire), bref à trouver la meilleure façon de transmettre une proposition artistique.

Progressivement j’ai donc renié pas mal de mes principes, intégré des dialogues, quelques éléments géographiques, fait quelques recherches (le moins possible).

 

3- Ecrire… Avec ou sans péridurale ?

Pour ma part, je suis pour une littérature  « sans péridurale », le lecteur doit sentir passer le texte dans tout son corps… Quitte à morfler un peu !

 

4- Ecrire… Des rituels, des petites manies ?

Oh plein… ça dépend de la phase du travail dans laquelle je me trouve. Durant l’écriture du premier jet, il me faut juste un bistro confortable (banquette de Moleskine de préférence) et du café pour écrire de longues heures. Par la suite, comme le travail est plus fastidieux, je dois changer régulièrement de lieux de travail (bibliothèque, espace de co-working, bars…) pour stimuler la créativité, et prendre du recul sur le texte. Quand il faut débloquer une situation, je vais chercher un état second qui me permettra d’être plus clairvoyant sur mon texte, en espérant que l’incohérence ou la solution du problème m’apparaisse. Pour ce faire je vais courir, nager, suer au hammam, méditer…

Sinon j’ai la manie (probablement très répandue) de faire des sauvegardes sur plusieurs supports (clef, ordi, disque dur externe, boites mails…) après chaque session.

Je note aussi constamment sur mon téléphone les idées qui me viennent (en parlant avec des gens, en lisant, en dormant…) c’est parfois impoli, mais j’ai trop peur de passer à côté d’une bonne idée.

 

5- Ecrire… Nouvelles, romans, deux facettes d’un même art. Qu’est ce qui vous plait dans chacune d’elles ?

Les nouvelles, c’est assez gratifiant parce qu’il suffit de quelques jours de travail pour voir le résultat !

Ca permet également de tenter des figures que je n’oserais pas envisager sur le format d’un roman (une forme un peu hybride, un personnage difficile à cerner…).

 

6- Votre premier lecteur ?

Ça dépend du projet en fait, il peut s’agir de ma compagne, de l’un de mes frères, d’un ami, d’un collègue auteur, voir d’un éditeur…

 

7- Lire… Peut-on écrire sans lire ?

Oui ! Mais…

J’ai publié mon premier roman sans avoir jamais rien lu (moins d’une dizaine de romans en tout cas), mais très vite je me suis aperçu que je tombais dans des écueils grossiers, faisais des références involontaires, que je n’arrivais pas à suivre les discussions… Depuis mon premier roman, publié en 2011, j’ai dû rattraper mon retard. Je lis 4 à 5 roman par semaine, et en fait c’est génial de lire. Presque aussi bien que d’écrire.

 

8- Lire… Votre (vos) muse(s) littéraire(s) ?

Il y en a tant ! Echenoz, Bove, Forton, Céline, Fante, Bukowski, Eston Ellis, Selby…

Comme il n’y a que des garçons (presque tous morts), je citerai également Patti Smith, Virginie Depentes, Anne Bourrel et Julia Deck !

 

9- Soudain, plus d’inspiration, d’envie d’écrire ! Y pensez-vous ? Ça vous est arrivé ! Ça vous inquiète ? Que feriez-vous ?

Ça ne m’est jamais arrivé, mais ça m’angoisse néanmoins… C’est l’envie qui me fait avancer, si je la perds, ça risque d’être difficile de continuer.

J’élèverai des chèvres, sinon… Je trouverai bien quelque chose à faire…

Bon, j’ai toujours 3 ou 4 projets sous le coude, donc normalement ce n’est pas pour tout de suite…

 

10- Pourquoi avoir accepté de participer au Trophée Anonym’us ?

Après deux années très riches (promo de « Travailler tue », ateliers d’écriture, rédaction de mon 3ème roman…), j’avais envie de retrouver la jubilation de la création pure.

 

11- Voyez-vous un lien entre la noirceur, la violence de nos sociétés et du monde en général, et le goût, toujours plus prononcé des lecteurs pour le polar, ce genre littéraire étant en tête des ventes?

Le roman noir est probablement le meilleur vecteur pour appréhender le mal et ses racines, pour comprendre le monde et se purger de la violence.

En ces temps sombres, il est un outil précieux et indispensable.

Après, ce sont un peu toujours les même ficelles qui tirent les ventes du polar… L’immense majorité des auteurs vendent très peu de livres.

 

12- Vos projets, votre actualité littéraire ?

Je viens de remettre à mon éditeur le manuscrit de mon troisième roman, les heures sont longues et mes ongles bien courts… J’en saurai plus sur mon avenir dans quelques jours.

Sinon j’attaque le prochain, un projet ambitieux, qui va m’occuper pendant au moins deux ans…

 

13- Le (s) mot(s) de la fin ?

Vive la littérature sans péridurale !

Partager sur…Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Google+0Pin on Pinterest0

Vous aimerez sans doute

Un commentaire

  • Répondre Trophée Anonym'us - Interview de Luce Marmion - Lila sur sa Terrasse 5 octobre 2017 à 18 h 01 min

    […] Mais, je voulais vraiment rendre hommage à la rapidité d’Yvan! […]

  • Laisser un commentaire