Le Boudoir des Nanas

Les amours de vacances…

26 juillet 2015

L’été… Saison du soleil, des discussions sans fin sur les terrasses le soir, et des vacances, entre autres…. Ah les vacances… Adolescents, jeunes adultes ce sont là également nos plus beaux souvenirs…Cachés dans un coin de notre tête nous avons tous en mémoire cette personne éphémère ou pas, qui, le temps d’un été, a bouleversé notre quotidien: les amours de vacances.

Voici quelques témoignages d’amours de vacances…

Paula:

« Par où vais-je commencer? Le décor Vanda? Ok, alors tu vois le lieu n’a absolument rien de romantique : » la piscine municipale ». Mais le plus intéressant dans une rencontre, c’est ce qui rend mythique tout le contexte. L’essentiel étant la personne avec qui l’on est. Si je me souviens bien c’était durant l’été 1991, J’avais environ 16 ans , Il se prénommait David, châtain les yeux verts et très grand, mon idéal 1M80. Aujourd’hui d’ailleurs moins d’1M78 je ne regarde pas. Chacun son truc, moi les hommes, je les aime grands! Je m’égare pardon, revenons à David, d’ailleurs pour faire pâlir de jalousie toute la gente féminine de ma génération, sachez une chose: David était le sosie de Keanu Reeves, je dis bien « était »  car je ne l’ai jamais revu. Comment je l’ai rencontré? Un classique, David était tout simplement un ami de mon grand frère. Pourquoi est-ce lui en particulier? Tout simplement car il est mon premier amour de vacances, mon premier amour d’adolescente et surtout mon premier baiser tout court. »

Jeanne:

Alors moi c’est tout autre, sur une terre qui possède encore sa propre langue, qui reste attachée à ses traditions, à sa nature qui l’entoure symbolisée par les mythes et les légendes qui laissent vagabonder l’imagination: « La Bretagne ». Eté 1988 j’avais 16 ans, je passais mes vacances dans un camp d’ado. Lui, « l’élu » s’appelait Didier, il a fait son entrée un jour par le plus pur des hasards avec son groupe de skater. Pour celui qui ne le sait pas, un skater n’est pas seulement un homme faisant du skate mais également un sportif pratiquant du roller. Didier en l’occurrence faisait cet été là des randonnées en roller. Ce qui m’a marqué chez lui? Je te répondrai sans hésitation son regard profond et intense, un signe distinctif également, des yeux couleur  » or « comme ceux des chats. Ah oui, et sans oublier sa gentillesse, ô oui ce jeune homme était adorable. Nous avons gardé le contact, tu sais, après cet été mémorable. On s’écrivait, parfois se téléphonait. Il avait travaillé conne styliste-stagiaire pour Oscar De La Renta. Et aux dernières nouvelles, qui datent malheureusement, j’ai su qu’il avait tout plaqué pour se consacrer à l’humanitaire, la mode et ses diktats l’ayant quelque peu écœuré.amours de vacances

Pourquoi lui plutôt qu’un autre? Parce que dans la vie il faut savoir choisir les beaux moments, et abandonner certains en cours de route… Mais si 27 ans plus tard, tu es capable de ressortir ça: (dessin que Didier a fait pour Jeanne) alors c’est que cet été était un fabuleux moment, un moment suspendu dans ma vie.

Benoît: Ouah, quelle question Vanda? Alors attends…Si je dois choisir un seul amour de vacances alors pour moi ça sera le tout premier. Je devais avoir 8 ans. Je calcule…Nous sommes l’été 1990, j’étais en colonie de vacances dans la ville d’Ambroise, située au bord de la Loire, cité qui doit sa renommée au célèbre château qui la domine et où entre autre Léonard de Vinci s’éteignit. Tu vas rire mais cette fille m’a marqué car elle était mon tout premier vrai bisou, mais impossible de me souvenir de la couleur de ses cheveux ou de ses yeux, si elle était petite ou grande, mince ou ronde, et encore bien moins de son prénom. Et puis quand tu es enfant il faut avouer que tu fais rarement attention à ce genre de détails. Tu fonctionnes surtout de façon naive et spontanée.

Alice:

Pour moi ça sera l’été 1998, tu sais Vanda, je crois que cette année a marqué la France entière, on a tous vécu une soirée extraordinaire, mémorable le « 12 juillet 1998 », Zidane et les bleus sont entrés dans l’histoire, non pas que, du football français mais tout simplement dans le sport français. Une coupe du monde,un rêve qui 17 ans plus tard fait resurgir nos émotions de l’instant présent. Les bleus sont devenus une légende et à l’époque peu importe le lieu de nos vacances sur nos lèvres nous avions tous leurs noms en tête enfin pour moi, un surtout « F. Barthez ». Oui chacun son idéal masculin…Bref ce n’est pas Fabien qui m’a conquis le coeur, non pas que je n’aurais pas aimé mais Linda Evangelista était déjà sur le coup et puis je n’avais même pas 17 ans.

J’étais en vacances à Port Barcarès, au nord de Perpignan dans un village vacances avec mes parents, à deux pas du paquebot des sables le « LYDIA » tour Eiffel du paysage méditerranéen, non loin de l’allée des arts. J’y ai fait la connaissance d’un jeune homme  qui  passait ses vacances entre amis. Son prénom: Romain. Brun, yeux vert, charmant et trop attentionné (sa délicatesse m’insupportait. Jamais contentes nous les filles…) Notre aventure s’est prolongée au-delà des vacances, mais la distance aura eu raison de notre histoire…Et puis nous n’étions pas destinés, à être un couple. Nous avons gardé le contact, on s’appelle minimum 1 fois dans l’année, le reste ce sont des messages pour dire » je pense à toi » simplement.Mais au moment de se confier l’un à l’autre tous les mots sortent de manière simple et naturelle. On se dit tout, et la beauté de notre histoire se trouve aujourd’hui là, dans notre amitié que l’on a réussi à construire et à préserver.

Anna: Mon amour de vacances à moi Vanda? En été 1999, à l’aube de mes 18 printemps, l’été où Cabrel sortait l’album « Hors Saison ». Mes parents avaient choisi comme destination 3 jours à Disneyland Paris. Mais des vacances sans voir la mer étaient inconcevables pour ma famille, alors fin juillet nous sommes allés près du Cap d’Agde dans le mobil home d’un collègue à papa, je ne détaillerai pas le lieu exact, pas terrible! Le Cap d’Agde, Sète, Vias, Marseillan sont de très belles villes, surpeuplés en haute saison mais magnifiques. Nous sortions régulièrement les visiter ou farnienter sur les plages. Ma soeur et moi avions fait la connaissance d’un groupe d’ado, groupe qui se résumait à 6 personnes. D’ailleurs à entendre ces jeunes réguliers c’est la première année où ils étaient si peu. Un soir pourtant Cupidon a décidé de s’inviter, il a tiré ses flèches sur mon petit cœur et celui de Sébastien … Et si mon amour de vacance n’a pas de fin, c’est tout simplement parce que nous avons pris un billet qui traverse les saisons, les années, le temps. Je n’ai absolument aucun conseil à te donner. Il y a des périodes que je pourrais même qualifier de tsunamis. Mais ce 29 juillet, nous fêterons les 16 ans de « notre petit monde ». Tu vois,Vanda, il y a des amours de vacances qui ne sont pas que des histoires sans lendemain.

5 histoires, 5 amours de vacances, 5 témoignages.

Je ne savais pas  comment conclure cet article, mais cette citation d’un grand auteur s’est imposée:

« Pour qu’un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s’y rejoignent dès le premier instant. »

                                                                                                                                                                                               Milan Kudera

[ssba]

Vous aimerez sans doute

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :