La Malle aux Livres

Né d’aucune femme- Franck Bouysse

Il est 17h09.

J’ai fini ce livre ce matin et je suis restée sans mots une bonne partie de la journée. Quoi dire. Encaisser. Errer dans son quotidien. Prendre l’air dans son jardin. Poser les yeux sur un rosier jaune, somptueux. Des roses écloses, d’autres en bouton, d’autres sèches, mortes si petites. Et comprendre.

Comprendre que Franck Bouysse, avec ce roman, nous a mis en présence d’une femme qui restera en nous, longtemps. Une jeune Rose qui est vendue par son père à un riche maître de forges, contre une poignée de pièces. Acte insensé de ceux qui n’ont comme paysage que leur misère, dure et fidèle. Dans cette nouvelle vie, elle se retrouve à servir ce maître et sa mère, vieille femme à l’âme aussi noire que leurs desseins. Jusqu’à ce que la violence éclate et obscurcisse chaque mot de cette histoire. Une violence faite à cette toute jeune femme. Aux femmes. Rose devient à travers ces chapitres, le symbole involontaire de toutes ces femmes battues, violées, abusées par des hommes qui ne voyaient en elles que des tas de chair à disposition, des servantes ou esclaves qui ne pouvaient pas relever la tête sans être obligées de la baisser volontairement ou sous les coups. Avec la complicité maternelle de celles qui n’éprouvent de sentiments que pour celui qu’elles ont mis au monde. Peu importe ses actes.

Rose va traverser l’Enfer. Nous avec elle. Hésitant parfois à fermer ce livre en nous disant que non. Ce n’est pas possible de continuer. Mais elle est attachante, Rose. On a envie de l’aider, de lui tendre la main. De ne pas l’abandonner à son sinistre destin. Alors on y retourne. On retient son souffle. On grimace. On peste. On a envie d’hurler avec elle, de lui dire qu’elle n’est pas seule, de pleurer contre elle. On se demande quand elle finira de souffrir. De souffrir de la violence des uns, du mépris et de l’indifférence des autres. De cette injustice immonde d’une société patriarcale et abusive.

Alors, oui… On continue. Jusqu’à la dernière ligne. Jusqu’au dernier mot. Et là… Quand on ferme ce livre, on réalise que l’on vient de se prendre une gifle. Une vraie. Et on reste dans un silence rassurant. ne sachant que dire. Quoi écrire.

Parce qu’au milieu de ce déchaînement, il y a des notes d’espoirs. Des personnes qui sont aussi touchées par son histoire que nous. Des petites lumières quand Rose sombre dans l’abandon et arrête de se battre. Par crainte de voir disparaître cet éclat intelligent dans ses yeux qui ont tout dit, dans ses mains qui ont tout écrit? Ou parce qu’il reste dans l’humanité des choses pas si abjectes, finalement? Des choses comme l’espoir et la solidarité aussi inattendue soit elle?

« Né d’aucune femme » a cet éclat des livres rares qui vont traîner longtemps entre nos mains, sur nos canapés, sur nos tables, n’importe où mais jamais loin. Juste pour le plaisir de l’ouvrir. De relire des passages sublimes dans lesquels Franck Bouysse éclaire le récit de sa plume à la poésie magnifique et noire . Nous laisser transporter à nouveau dans ce récit. Et savoir qu’il y a des roses sèches, mortes avant d’avoir vécu. Et puis des roses en bouton qui éclateront d’une beauté époustouflante. Juste parce que certains y ont cru, à un moment donné.

Lila sur sa Terrasse

Je suis moi.

Vous pourriez également aimer...

3 commentaires

  1. bruno@passion-polar.com'

    Une très belle chronique pour un roman magnifique ! A ce jour le plus beau texte de l’auteur même si j’ai adoré ses précédents ! Espérons qu’il puisse encore nous surprendre et nous emmener loin dans son prochain roman !

    1. Lila sur sa Terrasse a dit :

      Et presque deux mois après, je découvre votre commentaire!!!! Désolée!
      Merci infiniment! J’attends aussi le prochain avec impatience!

  2. […] Rose m’avait bouleversée. Accompagnée. Poursuivie. Des mois et des mois.Il m’était donc inconcevable que Franck Bouysse puisse me toucher à nouveau à ce point. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.