Le Coin des Mecs

La jupe pour homme : où en est-on ? (Episode 8)

Note: il existe une version en anglais de cet article ici (An english version of this text is here)

En septembre 2015, je prenais la plume pour la première fois pour vous raconter mon expérience d’homme porteur de jupe. Nous voilà 6 ans et demi plus tard, je vous ai conté la suite dans 6 autres épisodes (les liens figurent en bas de cet article) et bien sûr, je porte toujours des jupes !!! De plus en plus !!

Comme je l’ai décrit au fil de ces textes et de ma réflexion, il ne s’agit finalement et pas uniquement d’une simple envie de varier mon habillement (cela est toujours présent), mais avec le temps, je me suis aperçu que cette idée d’un habillement « différent de la norme établie » véhiculait bien plus : tolérance, respect de l’autre et des différences, volonté d’une société plus inclusive et d’équité entre  filles et garçons, entre femmes et hommes…

Franchement, aujourd’hui et de plus en plus, et même si on voit peu d’hommes en jupe dans la rue, il me semble que les choses évoluent. Pour ce qui concerne mon expérience personnelle,  je n’ai pas souvenir depuis des années de réactions négatives envers ma tenue (sifflets ou remarques idiotes), qui étaient uniquement le fait de petits groupes, souvent de jeunes (eux-mêmes victimes de stéréotype : tenue jean-baskets ou jogging-capuche.  Il faut aussi dire que je n’y prête plus attention, et que je me moque totalement du regard des autres…  A contrario, j’ai bien plus de remarques positives sur ma tenue  (souvent sur mes collants d’ailleurs). Deux exemples récents parmi tant d’autres:

  • Cet été, sur la plage des Issambres, une dame m’a vu en jupe de plage, et en a parlé à ses amies. J’étais trop loin pour entendre, mais mon amie Anastasia était à côté, leur a parlé en expliquant rapidement ma démarche. Le sachant, je suis allé aussi discuter avec ces dames, ravie de ma tenue (« Ca vous va très bien, et vous avez raison de bousculer les codes »).
  • Plus récemment, je me promenais à Grenoble. Une dame, en train d’attacher son vélo à quelques mètres de là, m’interpelle: « Vos collants sont superbes ». Et nous avons discuté mode et collants « Lili gambettes » (une de mes marques favorites, voir les 3 photos ci-dessous) pendant 5 minutes…

Ceci étant, ce qui me pousse à penser que les choses évoluent, ce sont les publications sur internet ou les réactions dans la vie « réelle ». Je les ai classés arbitrairement en 4 catégories (je cite de nombreuses références ou marques, mais je peux vous assurer que je ne touche pas un seul centime pour cela… Dommage …).

1 / La lutte contre les stéréotypes, le formatage et le conditionnement des esprits prend de l’ampleur et revêt plusieurs formes.

Cette lutte se traduit aussi par une recherche d’équité (je préfère ce terme à celui d’égalité) entre filles et garçons, entre femmes et hommes. 

  • La boutique de Joy Fleutot à Strasbourg (« Joy Kids Concept store ») est un exemple parlant de cette recherche. Je vous ai déjà parlé de cette boutique dans mon article « Tordons le cou aux clichés et stéréotypes ». On trouve ici des objets non genrés : jouets, livres, vêtements (mais à quand des robes pour filles ET garçons ?). Point de bleu pour les garçons ou de rose pour les filles, mais des vêtements de toutes les couleurs pour toutes ET tous, des livres où les princesses délivrent des  chevaliers, où un prince rencontre un autre prince … 
  • Le magazine « Tchika » fait aussi la part belle à cette équité entre les sexes, et s’adresse aux enfants, mais aussi à leurs parents pour faire évoluer les mentalités.
  • Une maman a créé le site « Dresses for boys » (« Little Prince Charming), car elle s’est aperçue que ses jeunes garçons aimait porter des robes. Et pourquoi pas ? Elle a donc décidé de créer sa propre collection de robes pour les enfants. Et tout récemment, elle a lancé l’idée de créer aussi des robes pour les hommes. Et pour cela, elle a contacté plusieurs hommes pour donner leur avis sur ce qui nous conviendrait le mieux: je fait donc partie de ce groupe (avec des personnes de tous pays, par exemple USA et Inde…)
  • Je republie aussi l’interview d’une jeune maman qui, elle-aussi, lutte contre les stéréotypes ! Son petit garçon veut porter des robes et des jupes, elle le laisse faire avec bienveillance et tolérance !!  https://www.facebook.com/RTBFwebcreation/videos/146862123253862/

2 / De nombreuses publications (livres, mémoires soutenus par des étudiantes, …) s’intéressent à cette différence dans les vestiaires masculin et féminin, et sur leurs raisons.

  • Christine BARD, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, a écrit il y a déjà quelques années (en 201) « Ce que soulève la jupe », où elle s’intéresse entre autre à la jupe au masculin.
  • Une jeune étudiante, Leslie Lesaffre, a présenté sa thèse de fin d’étude à l’Institut Français de la Mode : « Le port de la jupe par les hommes dans notre société occidentale » (voir lien en bas d’article). Sa conclusion montre que ce phénomène a du mal à se démocratiser : « Ainsi, nous l’avons vu, la jupe masculine est encore une pratique en marge, qui ne parvient pas à se démocratiser malgré un contexte favorable au vu des remises en questions sur le genre et les systèmes de virilité. Nous avons pu comprendre les motivations des hommes portant la jupe, qui sont avant tout le confort et le militantisme pour l’égalité homme/femme. Le vêtement ouvert pour homme fait face à de nombreuses tensions telles qu’une éventuelle perturbation de l’ordre social, le regard d’autrui, l’association du vêtement ouvert au « sexe faible » ou la peur d’une uniformisation du vestiaire, rendant davantage complexe sa démocratisation. »
  • Une jeune marque « Hello World Collective » a présenté et mis en scène 10 podcasts très intéressants. Il y en a notamment un consacré à la « grande renonciation masculine : quand les hommes ont dit STOP aux fanfreluches ». Aux alentours du début du 19e siècle et de l’arrivée du machinisme, les hommes ont renoncé à toutes « fanfreluches » : bas, talons, dentelles pour adopter le costume, plus sérieux et respectable. Ce sont les femmes qui ont hérité de toutes ces « frivolités » (y compris du corset, et d’une place subalterne dans la société. « Sois belle et tais-toi »). Ci-joint les liens vers ces podcasts « Les mains dans les poches » (tous sont intéressants), mais si vous voulez aller à l’essentiel, je vous conseille le n°4 « Sous les jupes des hommes : exploration du vêtement le plus subversif de l’histoire » et le n°5 déjà cité « Grande renonciation masculine : quand les hommes ont dit STOP aux fanfreluches ».

3 / Des marques de collants ont des démarches de plus en plus inclusives, et s’adressent à toutes les morphologies, mais aussi à toutes ET à tous (donc les hommes). Ce sont souvent des petites marques qui démarrent, mais leur travail d’inclusivité est à signaler. On peut citer :

  • Yade, une jeune marque française, qui présente explicitement un homme sur son packaging et en photos sur son site.
  • Snag Tights, écossaise, qui propose des collants colorés pour toutes les morphologies.
  • Petit Cozy propose des collants polaires, et pense aussi aux hommes.
  • Carra Hosiery Boutique est une marque américaine qui prône aussi le port des collants par les hommes.
  • Le site de vente en ligne « Collant.fr » consacre même des articles sur son blog au port des collants par les hommes.

Pour les grandes marques, le pas semble plus difficile à franchir (peur de choquer, marché de niche … ?), et si Wolford évoque sur son site, que plusieurs de ses collants peuvent convenir aux hommes, les visuels  représentent toujours des gambettes féminines…

En 2021, j’avais contacté la marque « Le Bourget » qui vantait sa démarche inclusive (« penser et s’adresser à toutes les femmes, quelles que soient leur morphologie ou leur couleur de peau ») en leur signalant que des hommes portent, ou pourraient porter, des collants. La réponse avait été encourageante :  

« D’abord, un grand merci pour votre engagement et votre fidélité auprès de la marque. Nous sommes à 100% d’accord avec vous, la question du genre dans l’univers de la mode est enfin remise en question ! Nous tenons bien sûr compte de vos remarques et de vos attentes. Les hommes aussi ont de belles gambettes, et ils savent aussi les sublimer ! »

Je ne demande pas de collants spécifiques « homme ». Dans la grande majorité, les collants nous vont (sauf à mesurer 2 m !!), mais que des hommes soient mis en scène par ces marques grand public.

On relève le challenge Le Bourget ?

4 / Les boutiques de vêtements dits « féminins » acceptent les hommes sans problème. Je n’ai jamais été refoulé d’un magasin et l’accueil est a minima professionnel.

Dans certains magasins, je génère une certaine curiosité et un intérêt réel.

Mais jamais, je n’ai reçu un accueil aussi chaleureux que dans un magasin que je voudrais ici mettre à l’honneur : la boutique de la marque Vib’s (Bréal, Cache Cache, Bonobo) à Aubagne (13). Au-delà de l’accueil charmant que j’ai reçu dès ma première visite, et les conseils judicieux (les vendeuses ne me vendent pas des vêtements s’ils ne vont pas avec ma morphologie), c’est le seul magasin qui partage sur sa page Facebook mes publications quand je porte leurs vêtements. Les publications d’un homme en jupe sur la page d’un magasin de vêtements dits « féminins », ce n’est pas courant…

Ce petit état des lieux de mes réflexions actuelles est terminé, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à laisser des commentaires ci-dessous.

Et pour les hommes qui hésitent à sortir de chez eux, vêtus d’une jupe, faites-le !! Tout se passera bien, et plus tard, vous vous direz : « Pourquoi ne l’ai-je pas fait avant ? »

Et pour finir, voici les témoignages de plusieurs personnes me concernant, et plus généralement la jupe pour homme.

Tout d’abord, Virginie que j’ai rencontrée sur le net (via un site d’amateurs et d’amatrices de collants « Sors tes gambettes »). Après que nous nous soyions rencontrés « en vrai », nous sommes devenus amis…

« Lorsque j’ai rencontré Marc, ce n’est pas sa jupe, ni ses jambes de rêve (oui, je les jalouse un peu !) mais son ouverture d’esprit, sa liberté et sa bienveillance qui m’ont marquée. Il incarne la tolérance par sa façon d’être et donc de se vêtir. Ensuite j’ai énormément apprécié ses looks en jupe ou robe qui sont masculins sans équivoque, modernes et d’une parfaite élégance. J’aime sa compagnie et ce qu’il dégage entre autres par cette note vestimentaire originale, j’aime la surprise ou l’admiration que cela suscite chaque fois, les échanges que cela engendre parfois. « Marc en jupe » c’est une « image d’Epinal » d’Homme attachant et ouvert : je ne vois pas la jupe, je vois l’Homme et c’est un régal. »

La 2e personne qui témoigne est Anastasia, que j’ai également « rencontrée » initialement sur le net via « Sors tes gambettes ». Après nous être rencontrés en vrai, ce fut comme une évidence, nous sommes devenus amis… Voici son témoignage:

« Donc la première fois que je t’ai vu, pour être tout à fait honnête, je craignais que tu ne sois l’objet de réflexions désagréables, surtout dans ma ville où la tolérance n’est pas toujours de rigueur, puis tu étais tellement à l’aise que je n’y ai plus pensé et cela s’est très bien passé. J’ai été surprise par ton aisance, puis par ce côté très classe du rendu de tes tenues que je n’imaginais pas. Ce qui m’a plu le plus, c’est le côté « liberté » que tu véhicules, puis la tolérance et les discussions que cela engendre dans ton entourage. Ce qui m’a déplu, c’est un regard désagréable d’un passant à ton égard. Mais ce qui m’épate et me rend heureuse pour toi, ce sont les compliments et les discussions que tu as suscité plusieurs fois lorsque nous étions ensemble et ton aisance à expliquer ton attitude (au restaurant, à la plage..). »

Point de discussion sur le thème des collants initialement avec Anne-Marie, fan de street-art, et elle m’a fait découvrir via le net plusieurs artistes. Bien nous avons discuté « jupe pour homme » avant, enfin de nous rencontrer un jour d’octobre 2021 à Lyon, où je lui avais proposé de nous retrouver un jour:  »

« Habitant Paris, j’ai quelques fois vu des hommes en jupe – 2 ou 3 fois – il s’agissait de japonais portant certes un vêtement long – peu si ce n’est personne – les regardaient de manière ironique ou étonnée. Lorsque j’ai dit à mon mari que nous avions rendez-vous avec toi – en jupe -cela ne lui a posé aucun problème. Je m’en doutais bien évidemment -il ne serait pas l’homme qui partage mes jours et mes nuits depuis plus de 40 ans sans cela … je n’aime pas les durs les tatoués, les testéronés ! Mais les êtres humains oui ! Avant de t’avoir vu en photo et après en vrai, il y a eu notamment les photos des chauffeurs de bus en jupe, celle de lycéens. J’ai trouvé cela super sympa : enfin des hommes qui dépassent les clichés ! et les affrontent. Ouf ! quel sentiment de … libération !

Quand mon mari et moi sommes arrivés au lieu de rendez-vous, je me suis demandée comment nous allions te reconnaître … Ah ! mais suis-je bête, il sera en jupe ! Point final, ni mon mari, ni moi, n’avons fait d’autre remarque. Nous t’avons vu arriver de profil – silhouette droite – manteau sombre et chapeau ! Tes jambes en collant se remarquaient à peine. As-tu vu un regard gêné de notre part ? Non, ta tenue n’avait rien d’extravagant. J’aurais peut-être plus tiqué si tu avais porté un bermuda à carreaux rouges avec des baskets … ou des sandales avec des chaussettes ! – Tu étais à l’aise – nous aussi.

Quand nous avons arpenté la rue dans les 2 sens, je n’ai pas vu de regards étonnés, moqueurs ou réprobateurs de la part des personnes que nous avons croisées. Lorsque nous nous sommes levés de table à la fin du déjeuner, j’ai fait une remarque sur ta jupe – et là – tel un exhibitionniste (si, si ! 😊 ) tu as écarté ton manteau – en me disant : « oui ! tu as vu, elle est plissée. » Et là, j’ai vu notre voisin de table, assis du côté opposé à toi, se pencher pour voir aussi – quel a été son regard ? je ne sais – l’as-tu vu ? Toujours est-il que c’est bien le seul qui a prêté attention à ta tenue ! Nous aurions été gênés si tu avais eu une attitude provocatrice – mais ce n’était pas ton but. Tu étais un être « normal » – élégant – d’allure presque stricte – en jupe – à l’aise. Il n’y a guère que les niais qui auraient pu trouver matière à rire et à redire. Un mot encore : je n’ai jamais douté de la virilité de Sean Connery quand je le voyais porter un kilt. Peut-être parce qu’il ne se posait aucune question sur la sienne ? Peut-être, je ne sais… »

Le quatrième témoignage est celui de Natalia, une de vendeuses de mon magasin préféré:

« Vous voir la première fois, c’était surprenant, mais pas choquant. Ce n’était pas la première fois que je voyais un homme en jupe.

De nature, je suis tolérante, chacun fait ce qu’il veut. Il y a de femmes qui ne se maquillent pas, qui ne portent que des pantalons, donc pourquoi les hommes ne feraient-ils pas ce qu’ils veulent aussi ? Chacun est libre. Et c’est beau d’avoir le courage d’être soi-même. C’est l’essentiel de se sentir bien avec soi . Continuez et à bientôt au magasin ! »

Cinquième témoignage, celui de Nathalie, une amie avec qui j’ai travaillé plusieurs années. Nous n’avions pas évoqué mon habillement lorsque je travaillais (et de toute façon, au boulot, je ne portais que des pantalons…), mais à ma retraite, je m’étais confié à elle. Voici ce qu’elle a écrit:

« Quand Marc m’a parlé du fait qu’il portait des jupes et des robes, je lui ai dit que j’adorerais sortir avec lui quand il s’habille comme cela. Je trouvais la démarche géniale et super courageuse: assumer ses goûts dans une société qui a tendance à vous mettre dans des cases. Nous avons donc décidé d’aller au restaurant ensemble et j’ai adoré ! Nous avons récidivé à quelques reprises, il est toujours hyper élégant. Il a beaucoup de classe et il a un choix très sûr en ce qui concerne ses tenues. En toute honnêteté, je trouve qu’il porte bien mieux une jupe que beaucoup de femmes ! »

Et la dernière, Nathalie, qui m’a ouvert les portes de ce blog:

« Pour moi, un homme en jupe, c’était Marc Jacobs, J.P Gaultier Ou Sean Connery avec leurs légendaires kilts qui les rendaient si séduisants! Quand j’ai rencontré Marc pour la première fois, j’ai été surprise de voir qu’il portait des jupes que l’on considère à tort comme « féminines » et que surtout il les portait super bien. Quand nous nous sommes promenés en ville et que je voyais le regard de gens moqueurs sur lui, cela m’agaçait à un point, mais à un point! Je ne supporte pas l’intolérance, l’irrespect, les moqueries gratuites. Mais Marc, lui, était d’un stoïcisme à toute épreuve! Zen, il ne relevait pas les remarques, faisant fi des regards inquisiteurs. Et je me suis dit qu’il avait raison. Qu’il fallait garder cette aura positive et ne pas donner de l’importance à ces ricanements. Depuis toutes ces années, je vous avoue ne plus prêter attention à ce genre de comportement, je souris aux compliments qui lui sont faits, et je me réjouis que tout doucement, l’idée de porter des jupes chez un homme devient de plus en plus évidente. Dans les années 20, on conspuait les femmes qui portaient des pantalons. Un siècle plus tard, l’idée de vêtements non genrés avance et prend une place de plus évidente dans notre société. Grâce à des gens comme Marc et tous ceux qui osent… Et c’est bien là l’essentiel. »

Liens vers mes articles précédents :   

« La jupe pour homme, drôle d’idée (1) »

 « La jupe pour homme (2) …Comment l’idée de la jupe a germé dans mon esprit … »  ,

« La jupe pour homme: je me suis lancé !! (3) » 

« La jupe pour homme (Episode 4) » 

« La jupe pour homme – Episode V »

« La jupe pour homme (6): un symbole de tolérance ! » 

 » Tordons le cou aux clichés et stéréotypes »

Et la thèse de Leslie Lesaffre « Le port de la jupe par les hommes dans notre société occidentale » se trouve ici:

These-de-Leslie-Lesaffre-1

#Clotheshavenogender #Lesvêtementsnontpasdegenre

Lien vers le site de collants « Lili Gambettes » (clin d’oeil à son patron, Stéphane)

Vous pourriez également aimer...

17 commentaires

  1. fanforfeo@gmail.com'

    Super, Marc ! Je partage ta démarche, et l’esprit dans lequel tu la revendique. Et j’y reviens, j’apprécie aussi beaucoup les encouragements féminins, ouverts et bienveillants, grâce auxquels les mentalités pourront avancer plus vite.. et dans un premier temps nous aident à franchir le pas !
    Pour ma part, ce sont les jupes plissées que je préfère porter, et je viens de m’en commander une grise, longueur au dessus du genou 😉
    La vie est courte, habillons-nous au gré de nos envies. Bonne journée à tous !

  2. saartje@cobraradiobrewery.com'

    Bonjour Marc,
    Merci pour ce nouvel épisode de ta très chouette série!
    Le partage de tes expériences, de ton ressenti, de tes motivations et de tes bonnes adresses ne peut que contribuer à faire avancer la cause et l’abandon de la « grande renonciation » 😉 .
    Tes photos sont toujours aussi chouettes et contribuent aussi à l’envie de porter la jupe.
    Merci.
    PS: y a-t-il une des marques de collants citées qui se soucient des grandes tailles? 1m90 par exemple…

  3. jeanluc-lebreton@orange.fr'
    Lebreton a dit :

    Un vieux rêve pour moi 😊

  4. romain.fashion@gmail.com'

    Bien écrit et avec plein de liens pour les débutants et aussi les initiés.

    Merci de faire ce travail. Cela aide vraiment ceux qui se posent des questions à se lancer et j’en ai fait partie 😉.

    1. f.didelot@wanadoo.fr'

      Merci beaucoup Romain !

      Je me suis dit qu’effectivement,tous ces liens vers des expériences diverses montrent que les choses évoluent dans le bon sens … 😉
      Et si ça peut aider quelques personnes à franchir le pas, tant mieux !

      Marc

      1. supercrevetteman@gmail.com'
        Steph a dit :

        Très chouette article !

        Je porte régulièrement des jupes, de la feu marque « Hiatus shop » et de « Sous les jupes des hommes ». Elles sont très bien, mais elles restent «  lourdes » dans leur style. Et j’ai du mal à trouver des jupes dites femmes qui me conviennent …

        Merci pour tes conseils

  5. jefvangog@gmail.com'

    Je découvre ton blog ! bravo ! je vais y revenir…je porte la jupe et plus de pantalon depuis début Février 2021. A plus

    1. f.didelot@wanadoo.fr'

      Merci Jef !
      Bonne lecture alors si tu découvres ce blog, et notamment mes articles (il y en a 7 avant celui-ci !)
      Cordialement

  6. nounourset@gmail.com'

    Bravo !

    Je porte la jupe ou la robe régulièrement et seulement depuis 2 ans,
    et je ne fais pas attention aux regards des gens même si certains sont parfois tueurs. Je porte depuis longtemps le short court que je trouve au rayon femme, et ce vêtement lui aussi m’a toujours attiré des regards désaprobateurs.

    Pourtant ceux qui critiquent, sont ceux qui font la meilleure pub pour notre façon de nous vêtir car la critique appelle toujours la discussion, beaucoup plus que l’indifférence, ou même le soutien.

    Je me trouve généralement plus classe avec une jupe que dans ces pantalons tous très semblables, et si j avais eu le courage ou la connaissance du bien être que procure la jupe, j’aurais commencé il y a bien longtemps.

    Encore merci. Bruno

  7. coeuretm@hotmail.fr'

    Bonjour, bravo, beau témoignage…!! 👏👏👏

    Continuez ainsi à être vous même, c’est un régal de vous lire…
    Merci également de venir vous habiller chez nous…(Grain de Malice !!)👍👍

    Bonne continuation et merci de nous avoir envoyé ce lien afin de vous lire, c’est top !!

    Au plaisir de vous revoir!!

    1. f.didelot@wanadoo.fr'

      Un grand merci à vous !

      Grain de Malice est une de mes marques préférées et l’accueil est toujours sympathique !

      Merci de vos encouragements.

      A bientôt

      Marc

  8. patrick.verrey@hotmail.com'
    Patrick a dit :

    Bonjour et merci pour ces articles !
    Amateur de kilt et de jupe, je suis le site depuis quelques semaines ! Je l’ai découvert en faisant une recherche sur les hommes, les collants et la jupe.
    J’aime bien les liens et les témoignages qui montrent que les hommes peuvent porter, et bien sûr en public, la jupe.

    Encore merci,

    Cordialement

  9. Camille@cossy.fr'
    Camille a dit :

    Merci Marc
    Pour mettre sur « le papier » tous ces arguments, et de faire si bien l’écho de pleins d’hommes et de femmes désireux de casser les codes et simplement de vivre en assumant l’envie de se vêtir selon leur goût sans autre signification

  10. f.didelot@wanadoo.fr'
    Marc a dit :

    Commentaire laissé par mon amie Marie-Anne :

    Voilà, je prends quelques instants pour te répondre, après avoir relu ton dernier article. Je vois que ton engagement s’amplifie, que ton cercle de connaissances de boutiques s’agrandit, que tu rencontres de plus en plus de personnes qui te soutiennent. Je trouve moi aussi que c’est très chouette et que c’est un très bel engagement, très utile. Et tu te sens à l’aise, c’est ça qui est aussi primordial. Et tu es toujours aussi élégant. On craque pour les collants !

    Je pense en effet qu’il y a une évolution dans le domaine de l’égalité hommes-femmes, mais on est encore loin d’une véritable égalité ! Tu préfères le terme équité, moi je trouve que « égalité » est un terme très juste. Homme, femme, on est différent, d’accord, mais tous les humains ont le droit d’avoir … les mêmes droits et d’être égaux, d’avoir les mêmes droits pour le travail, la santé, les métiers, le partage des tâches … et l’habillement… Avant, les femmes ont « lutté » pour porter des pantalons, et maintenant des hommes « luttent » pour porter des robes. En fait, on devrait tous avoir le droit de s’habiller comme on veut. Et que des hommes portent des jupes, c’est un moyen non violent pour montrer que l’égalité homme-femme est en marche. Alors, bravo, ça me fait vraiment plaisir de te connaître !

    J’ai entendu dernièrement à la radio une émission, des témoignages de jeunes adolescents-tes qui racontaient ne pas vouloir « être genré ». Ils-Elles refusaient de parler en tant que fille ou en tant que garçon, de se reconnaître fille ou garçon. Au début, j’ai trouvé cela étrange, mais je comprends, un peu, qu’ils, elles, refusent les codes pré-établis liés à leur sexe. Ils-elles cherchent leur chemin, et ne prennent pas le plus facile. Ils ne se sentent pas comme des trans-sexuels, mais parfois ils-elles mettent en avant leur côté masculin, et d’autres fois leur côté féminin… Et cela s’entend dans leur façon de parler. Je m’égare un peu par rapport à ton sujet, mais bon… Parfois, je pense qu’ils-elles portent des jupes et d’autres fois des pantalons. Je pense que ce doit être déstabilisant pour les parents…

    Un autre point qui me tient à cœur, c’est celui des vêtements pour enfants, et je salue l’initiative de « Dresses for boys », et cette maman qui laisse son petit garçon s’habiller avec des robes. Quand les parents (et peut-être surtout les papas?…) proposeront à leurs petits garçons de porter des robes, et que les enseignants des écoles accepteront d’avoir un regard bienveillant, ce sera vraiment un signe d’une évolution très importante dans les mentalités. Et que penser de l’expression « J’veux qu’tu sois un homme, mon fils ! »

    Et un autre point aussi, assez délicat, et je crois que je ne pourrai pas m’exprimer totalement clairement, c’est celui de la démocratisation. Dans ton article, tu parles de Leslie Lesaffre et de sa thèse. Que veut dire exactement le terme « démocratisation » ? Comme ça, et très grossièrement, je me dis que pour « bien s’habiller » et pouvoir changer de vêtement assez souvent, cela coûte de l’argent, il faut rechercher les bons magasins, prendre le temps d’essayer, de faire plusieurs magasins etc… Cela demande de faire un choix, dans son emploi du temps, dans son budget. Et je pense que ce n’est pas facile pour tout le monde. Mais je suis bien d’accord que cela n’empêche pas de choisir une jupe plutôt qu’un pantalon… avec le même budget!

    Et pour terminer… une autre réflexion: on veut être aimé-e, faire partie d’un groupe, et donc s’habiller comme les autres, et la recherche de sa vraie personnalité, ce n’est pas facile. Alors, encore bravo pour l’affirmation de la tienne et pour ton engagement.

    Bises

    Marie-Anne

  11. moricealain35@yahoo.fr'
    MORICE Alain a dit :

    Merci Marc,

    bravo pour ce reportage. Comme toi,j’aime être en jupe et vêtements style féminin. En général, ma compagne le tolère à la maison, à l’extérieur c’est une autre histoire, mais je m’en accoutume, ayant la chance d’être avec une compagne compréhensive, mais j’essaie de trouver des solutions pour porter la jupe à l’extérieur sans trop la gêner. Cela n’a pas été facile, mais j’ai trouvé un équilibre permettant d’être en jupe plus souvent et accepté par nous deux. Je ne me met pas en jupe près de chez nous, ni en présence de nos familles et de nos relations, ce qui me permet d’être en jupe en vacances ou en balade.
    Par contre, je met des jupes pas trop voyantes, en ce moment des jupes style sarong. Je n’ai jamais eu de remarques négatives et quelques félicitations « ça fait toujours plaisir »,l’été jupe courte et même robe de plage, j’ai parfois des remarques de ma compagne mais tant pis, j’ai l’impression que peu de personne le remarque et les regards ne me dérangent pas. Au contraire être vu, contribue à familiariser la jupe pour homme.

  12. paul.soro@hotmail.fr'

    Un article qui fait bien plaisir. J’ai lu le tout 1er il y a quelques années, c’est bien de pouvoir continuer et d’évoluer qu’elles que soient les épreuves que l’on peut vivre.

    Pour ma part, j’ai vécu une très mauvaise expérience, il y a quelques années, une agression d’un groupe de plusieurs personnes qui n’ont pas aimé que je ne me laisse pas faire, c’était très violent, ça m’a beaucoup marqué pour la suite. C’est parti d’une simple jupe, puis cela n’avait plus aucun rapport avec le vestimentaire, ils ne supportaient pas de voir quelqu’un qui ne se laisse pas faire, c’était leur ego masculin dominateur qui parlait.

    J’ai continué à porter des jupes avec toujours la peur d’être encore et encore agresser avec mon esprit qui ‘’psycothe’’ en permanence.

    Le temps a maintenant passé, mais j’y pense encore, j’ai aujourd’hui élargi mon éventail de tenue vestimentaire, hormis les jupes, je porte aussi des robes, des collants, des ballerines, bottines ou tout autre vêtement ou chaussures qui me plait du vestiaire dit ‘’féminin’’.

    Mais rien n’est jamais acquis car lorsque l’on achète quelques choses qui nous plait, il faut ensuite le porter et sortir avec, et plus c’est féminin et plus c’est comme si l’on recommence à zéro lorsque l’on met pour la 1ère fois une jupe.

    Ensuite, niveau budget, à chaque vêtement dit ‘’féminin’’ acheté, c’est de l’argent en moins à pouvoir utiliser pour autre chose, donc autant dire que n’étant pas ‘’Rothschild ou Rockfeller’’ une fois acheté, il faut tout faire pour les porter même si difficile psychologiquement car c’est un investissement qui dit que : ’’A chaque vêtement féminin acheté, c’est aussi un vêtement masculin de moins’’, c’est un choix à faire et le mien est fait.

    Originaux ‘’les collants imprimés’’ Marc, j’en ai encore jamais porté de ce type et je ne savais pas que cela existait.

    Très bonne continuation.

  13. thomas.poussart@gmail.com'

    Bonjour Marc,

    Merci pour cet excellent article !

    Pour ma part, cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai osé porter une jupe ailleurs que derrière les murs de mon habitation. Depuis ce jour, je ne me refuse plus aucun vêtement! Jupes, robes, shorts, combinaisons, hauts, shorts, pantalons, chaussures,… même le maillot de bain une pièce à la piscine! Il est même rare que je porte des vêtements qui viennent du rayon homme. Pour des raisons qui me sont propres, j’ai beaucoup de mal à acheter des vêtements dans ces rayons même si ce sont des vêtements mixtes (t-shirts, jeans,…) je me sens bien mieux si je les ai trouvés dans un rayon femme. D’ailleurs, je n’ai jamais eu une seule personne m’empêcher de rentrer dans un magasin ou d’essayer des tenues féminines.

    Peu importe ce que je porte, je n’ai jamais eu de mauvais retours de personnes croisées dans la rue. Des regards désapprobateurs oui, mais c’est tout. Au contraire, les gens qui viennent me parler de mes tenues sont contents de me voir briser les codes.

    Alors je continue, en espérant, un jour croiser d’autres hommes qui s’habillent, comme moi, sans se soucier de ce que les autres peuvent penser et prôner la tolérance et le respect, peu importe l’apparence!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.