Le Coin des Mecs

Lire pour comprendre notre monde.

Lire pour comprendre notre monde. Derrière ce titre un peu énigmatique se cachent mes réflexions personnelles, issues de plusieurs lectures et aussi d’interrogations nées de l’actualité la plus récente.

Je m’aperçois que ce texte est bien différent de mon premier écrit ici qui concernait le Chemin de Compostelle… !!! Aujourd’hui, mon texte est moins gai, mais il est important de se poser certaines interrogations, me semble-t-il. (et en tant qu’adhérent à Amnesty International depuis des années, ce sujet ne pouvait que m’intéresser…)

A la lumière d’événements plus ou moins récents, je me suis posé les questions suivantes : « Les Hommes apprennent-ils de leurs erreurs ? Sont-ils condamnés  à reproduire toujours la même Histoire, encore et encore ? La démocratie peut-elle résister au populisme, au fascisme, au totalitarisme ? »

Pour illustrer mon propos, j’ai choisi de vous faire part de plusieurs de mes lectures ; certaines sont connues, d’autres moins. Parmi elles, il y a de purs chefs d’œuvre: « Matin brun » et « Maus ». Je me suis plus étendu sur le dernier livre, car il est d’actualité.   

1 – « Matin brun » (Franck Pavloff)

A tout seigneur, tout honneur… « Matin brun » (version lue ici) est un récit très court (11 pages !!), mais ô combien frappant de la manière dont une société peut basculer dans le totalitarisme, peu à peu, par petites touches.

Nous partageons la vie de 2 amis qui devisent tranquillement sur les décisions du gouvernement : tout d’abord, une loi est promulguée: seuls les chats bruns sont autorisés, puis c’est le tour des chiens. Ensuite, les livres sont frappés d’interdiction. Et au final, on arrête les gens qui, antérieurement, avaient possédé des chats ou des chiens d’une autre couleur que le brun…

11 pages, un chef d’œuvre, et un résumé de ce que représente la peste brune (les SA ‘Sections d’Assaut », corps créé en 1925 par Hitler …)

2 – « Inconnu à cette adresse » de Kathrine Kressmann Taylor

Ce livre, écrit en 1938, avait pour but d’alerter le public américain sur la montée du nazisme. Deux amis vivent tous les deux à San Francisco, Max est juif, Martin allemand. En1932, Martin a envie de retourner dans sa patrie, et découvre la montée du nazisme.

Le livre est un échange de lettres entre les deux amis. Au fil du temps, on sent Martin basculer peu à peu dans l’idéologie nazie, et les liens se distendrent entre eux deux, d’autant que Max est juif.

Ici aussi, au travers du récit de la vie ordinaire de deux personnes, on devine la montée du  totalitarisme auprès du peuple, et de la fascination que peut exercer un seul homme,  appuyé par un groupe de « fidèles conseillers » et d’un service de propagande bien huilé (aujourd’hui, les conseillers existent toujours, mais leur « propagande » a été remplacée par les outils modernes que sont les téléphones et les réseaux sociaux…)  

Ce livre a fait l’objet d’une pièce que vous pourrez visionner ici.

3 – « L’ordre du jour » de Eric Vuillard

Nous sommes toujours avant la 2e guerre mondiale au printemps 1933. Le parti nazi est exsangue et ne peut financer sa campagne électorale de mars 1933.  

« L’ordre du jour » en question est celui d’une réunion entre Hitler et 24 dirigeants des grandes entreprises allemandes : en échange de la participation financière de ces entreprises, les nazis leur promettent un « retour d’ascenseur » : commandes importantes, main d’œuvre gratuite (pendant la guerre avec les camps), etc

Ainsi, ces entreprises vont prospérer pendant la guerre, alors que le Monde est à feu et à sang. Les noms de leurs dirigeants importent peu, ce qui est intéressant à noter, ce sont les noms des entreprises : BASF, Bayer, Agfa, Opel, IG Farben, Siemens, Allianz, Telefunken…Toutes entreprises qui existent encore aujourd’hui. Sans leur concours, l’Histoire aurait été différente…    

Ce livre a reçu le prix Goncourt en 2017.   

   4 – « Maus » de Art Spigelman (1980)

Attention : chef d’oeuvre absolu ! Prix Pulitzer 1992

Art Spiegelman raconte sous forme de bande dessinée l’histoire de sa famille, juive, pendant la 2e guerre mondiale. Les juifs sont représentés sous forme de souris, les nazis sont des chats, les polonais des porcs et les américains des chiens.

Ce récit poignant montre toute l’horreur des camps. Les arbres généalogiques de la famille avant et après la guerre font froid dans le dos.

La forme (« bande dessinée avec des petits Mickeys ») renforce le caractère terrible de l’histoire.

A lire absolument pour comprendre l’horreur des camps d’extermination, de l’intérieur.

5 – « La vague » de Todd Strasser (1981)

Nous nous interrogeons parfois : « comment un peuple cultivé, comme les allemands, qui a produit tant d’écrivains et de musiciens, a-t-il pu embrasser une idéologie aussi mortifère que le nazisme et ses horreurs ? » C’est la question que se posent les élèves d’une classe de terminale en Californie en 1967, après que leur professeur leur ait montré un film sur les camps.

Incapable de répondre à cette question, le professeur tente une expérience dans sa classe en instaurant une stricte discipline, en s’appuyant sur quelques élèves, en restreignant les libertés et en transformant la classe en un seul corps . Peu à peu, un climat de délation s’instaure et le mouvement s’amplifie en « une vague », échappant à son professeur –créateur et contaminant toute l’école. Au bout du 5e jour, le professeur est contraint de stopper son « expérience ».

Celle-ci montre malgré tout la facilité que peuvent avoir quelques dirigeants à transformer une foule, une nation en un corps servile…  « La vague » est un livre qui pousse à la réflexion …     

 

6 « La tyrannie des bouffons » de Christian Salmon (2020)  

Nous voici maintenant en 2020 et la question est toujours là : « qu’est-ce qui fait que les démocraties occidentales vacillent et que des dirigeants « atypiques » (c’est un euphémisme…) arrivent au pouvoir ? » L’auteur les appelle les « bouffons » : ce sont les Trump (USA), Bolsonaro (Brésil), Salvini (Italie), B.Johnson (Royaume-Uni) et consorts.

Loin d’être arrivés au pouvoir par hasard, ces personnages, largement incompétents et préoccupés par leur personne (et leur famille) uniquement, présentent des caractéristiques similaires :

  • Rejet de l’ordre établi (hommes politiques actuels, médias…) et critique systématique de leurs adversaires.
  • Mensonges systématiques, mais qui rabâchés, finissent par devenir des vérités pour les adeptes de ces dirigeants.  
  • Conseillers spécialistes de la communication et du marketing politique : Steve Bannon et Brad Parscale pour Trump (entre autres, car il en a « viré » plusieurs), Dominic Cummings au Royaume-Uni, etc.     
  • Moyens modernes de diffusion de leurs messages (remplaçant l’ancienne « propagande ») : captation des numéros de téléphones des « supporters », puis envoi ciblé de SMS. Mais aussi développement d’algorithmes spécifiques et utilisation du Big Data pour cibler les personnes et les motiver (en Italie, un logiciel appelé « La Bestia » analyse les données, le Big Data, les flux d’information des réseaux sociaux. C’est « une grande oreille », mais qui diffuse aussi des informations favorables à son « champion »).   
  • Désignation d’un ennemi : les migrants aux USA (cause défendue par les suprémacistes blancs) et en Italie, avec la théorie du « grand remplacement » (la race blanche est en péril et va être submergée… A noter qu’on entend aussi ce discours en France…
  • Messages promettant aux peuples de retrouver leur grandeur perdue : aux USA, c’était le slogan « Make America Great Again ». En Italie, c’est l’ordre fasciste qui est admiré, et au Brésil, Bolsonaro célèbre, dès qu’il le peut, le temps de la dictature

Alors, peut-on être optimiste ? Difficile à dire quand on voit la facilité qu’ont les théories complotistes à infiltrer les têtes, la puissance des réseaux sociaux  et leur utilisation « parfaite » par les personnages cités plus haut…

Il me semble que le premier pas pour les tenants d’états démocratiquement administrés (même si tout n’est pas parfait) est de prendre conscience des armes déployées par les « bouffons ». Mais ceux-ci font des dégâts. Même si le président sortant des USA va pouvoir bientôt se consacrer au golf, il a profondément fracturé son pays. Lui et ses acolytes brésilien, italien, anglais, etc ne sont pas arrivés là par hasard: ils ont surfé sur le discrédit touchant certains hommes politiques (corruption, prise illégale d’intérêts…), se sont entourés de spécialistes de la communication (on aurait dit de la « propagande » avant), ont promis de revenir à des âges d’or passés et ont utilisé algorithmes, bases de données et logiciels pour passer leurs messages … Tout sauf un hasard donc.

J’espère, en tout cas, que cet article vous donnera envie d’approfondir le sujet, et de lire un ou plusieurs des livres cités ici.    

Et pour finir, un peu d’humour (et parce que çà fait du bien aussi) …

Vous pourriez également aimer...

20 commentaires

  1. Drolland27@yahoo.fr'
    ROLLAND a dit :

    Effectivement ça fait réfléchir. Et nous devons continuer à nous interroger et croiser les sources pour nous faire notre propre opinion. Merci pour ces partages de lecture et d’avoir osé aborder le sujet vital qu’est notre liberté !

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci Delphine pour ton commentaire,
      Ce sont des sujets qui me touchent, et je rêve d’un monde plus juste, sans dictature, ni fascisme … Et la lecture est un bon moyen de se forger sa propre vision, comme tu le dis.
      Content que ce sujet t’ait plu en tout cas.
      François

  2. Deroubaix.th@gmail.com'
    Deroubaix a dit :

    Salut mon ami,
    Je partage complètement ton analyse. Ces stratégies se rapprochent de celles utilisées par Hitler pour son accession au pouvoir (voir le magnifique documentaire « apocalypse Hitler »).
    Mais il y quelque chose dont tu ne parles pas, qui est l’appauvrissement de la classe politique actuelle, qui est le terreau de la prise de pouvoir des « bouffons ». C’est un fait aujourd’hui, la morale n’existe plus, ou si peu, les critiques de l’adversaire sont légions, et dans des termes qui dépassent parfois l’entendement. Prenons par exemple les mots prononcés par M. MELANCHON aux forces de l’ordre lors de la perquisition de ses bureaux , ça en dit très long sur la moralité de cette personne. En résumé, je crois encore aux petits élus, ils sont au front dans un contexte de plus en plus difficile, mais je ne crois plus aux showmens de la télévision.
    En tout cas félicitation pour ton texte, il m’a fait réagir.
    Bien à toi
    Thierry

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci pour ton commentaire mon Thierry !
      Je me doutais que nous étions sur la même longueur d’onde.
      J’évoque un peu la classe politique actuelle, elle s’est peu à peu discréditée toute seule (en puisant « dans la caisse », en vivant de petites ou grosses magouilles, en disant tout et n’importe quoi, etc), et c’est bien en jouant sur ce discrédit des politiciens que des « bouffons » arrivent au pouvoir…
      Bien à toi
      François

  3. faje2226@gmail.com'
    Fabymary Poppins a dit :

    Très intéressant. J’ai lu pas mal de livres sur la seconde guerre mondiale et l’histoire hélas se répète. Seule solution , rester serein et libre dans sa tête . Car on voit bien qu’on arrive à nous brimer et contraindre. Et que l’humain ne garde pas les leçons du passé. Comme dit Florent Pagny dans sa chanson. «  vous n’aurez pas ma liberté de penser « 
    Merci François

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci chère amie pour ton commentaire,
      Oui, il faut être clair dans sa tête pour éviter à tout prix de reproduire les actions passées …
      Bises

  4. amrichard18@gmail.com'
    RICHARD a dit :

    Bonjour,
    Matin Brun est une œuvre fantastique courte concise qui a eu un succès fulgurant – et je m’en réjouis ! J’en achète plusieurs exemplaires que j’ai distribués – j’en achète à chaque fois que j’en trouve il m’en reste 3 – Albin Michel l’a republié en le faisant illustrer par l’artiste Christian Guemy alias C215 pour les enfants c’est parfait !
    Jusque dans les années 70 et au delà tout le monde croyait que nous en avions terminé avec la peste brune – moi jamais ! – le racisme – L’antisémitisme n’a jamais disparu ! Il.esy toujours là sournois tapis dans l’ombre avec ses effets dévastateurs ces dernières il relève la tête et s’exprime ouvertement – Toute discrimination toute propos offensant vis de quelqu’un à propos de ses origines de sa religion de son « orientation  » séquelle est à bannir – toujours tout le temps – on.ne doit jamais laisser de propos s’y rapportant- on.ne doit rien laisser passer laisser passer 1 fois c’est laisser passer toujours, laisser croire à l’autre qu’on lui laisse le champ libre – essayer à chaque fois de lui tendre le miroir pour lui montrer ce qu’il est – la bêtise c’est de la paresse disait Jacques Brel … pour certains leur racisme relève de la simple bêtise pour d’autres c’est pire – bien pire ! Mais ils exploitent la bêtise de ceux qui.les écoutent, les suivent … alors go ! Il est encore temps … j’espère …

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Bonjour Anne-Marie,
      Merci de ce commentaire (très étayé !). Nous partageons les mêmes valeurs, et c’est pourquoi il me paraissait utile d’écrire sur le sujet.
      Oui, nous devons rester attentifs. Toujours …
      Bien à toi

  5. ma.beaudenon@free.fr'
    Marie-Anne Beaudenon a dit :

    Bonjour,
    Merci François, pour l’information sur ces livres. j’ai lu Maus, et je vais noter les références des autres livres.
    Il faut en effet essayer de rester libre dans sa tête, lutter contre le racisme, oser parler de tout ça et donner son opinion.
    La démocratie est bien mal en point et à la base, on peut essayer avec patience et en prenant du temps car cela se construit, on peut un peu la redresser. J’ai lu un livre « Et si on prenait-enfin!- les électeurs au sérieux » de Jo Spiegel, (Temps Présent), qui était maire de Kingersheim, et qui fait part de son action pour construire une véritable citoyenneté.
    Cela peut sembler assez loin de tes propos, mais une véritable participation aux décisions prises par les élus dans nos communes ferait aussi prendre conscience que la réflexion appartient à tous. C’est aussi une façon de lutter contre l’obscurantisme.
    Marie-Anne

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Marie-Anne,
      Merci de ton commentaire et d’avoir pris le temps de lire mon article.
      Tu as parfaitement raison concernant le rôle des élus et de la participation du simple citoyen aux décisions prises. ‘La tyrannie des bouffons » montre que, si des Trump, Bolsonaro, etc arrivent au pouvoir, c’est aussi dû au discrédit des « politiciens » actuels dans lesquels les électeurs ne se reconnaissent pas / plus. Et quand en plus, certains « piquent dans la caisse », le discrédit est total, et « les bouffons » jouent là-dessus… Il ne faudrait surtout pas penser que Trump est un accident de l’Histoire, et que tout va revenir « à la normale » avec Joe Biden (même s’il donne des signes positifs, comme les nominations diverses: Kamala Harris et Deb Halland, par exemple) , sinon un autre Trump viendra. Il en est de même bien sûr en France …
      Bien à toi
      François

  6. Preant7300@gmail.com'
    Réant a dit :

    Hello François, bravo pour ces résumés de livres, suivant un fil conducteur bien tendu…On est d accord, le racisme et l anti sémitisme sont à bannir, quant à nos libertés, elles sont bien malmenées actuellement…aucun Homme politique, de tout bord et toute tendance, ne donne l impression de se soucier des petites fourmis que nous sommes… Heureusement que la vie est belle pour les optimistes… Bises et encore félicitations pour cette belle plume.

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci Pascal pour ton commentaire et tes compliments,
      Il est important pour nous tous d’être attentifs afin que « la Bête Immonde » ne revienne pas au pouvoir …
      Bises

  7. Mathilde.potterie@hotmail.fr'
    Mathilde a dit :

    J’avais vu « la vague », il y a une adaptation que je ne retrouve plus. C’est extrêmement bien fait, on comprend comment on peut en arriver là.. Parce que tout ne vient pas d’un coup, mais petit à petit.
    L’expérience de Milgram est aussi super intéressante, pour comprendre comment des gens « comme tous le monde » se sont retrouvés à commettre des horreurs…
    Tout cela fait réfléchir… Et je crains que de tels temps pourraient réapparaître quand on voit les discours de certains.
    Ou d’autres qui ne veulent pas d’enfants « vu comme le monde tourne »… Je réponds « justement il faut en faire, pour faire plus lourd dans la balance, de l’autre côté »

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci Mathilde pour ce commentaire,
      Oui, il ne faut pas désespérer car effectivement, les menaces sont nombreuses et certains (y compris des hommes politiques ou des artistes, j’ai encore eu deux exemples récemment) colportent ces théories complotistes dingues…

  8. athy.cottier@orange.fr'
    COTTIER a dit :

    Bravo Monsieur pour votre texte.
    La « vague » une réflexion pour un grand nombre.
    Je continuerais à vous lire si vous republiez .
    Cathy

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Oui j’ai bien l’intention de publier de nouveau (dans l’attente, vous pouvez lire mon article « Le chemin, mais quel chemin ? »
      Au plaisir

  9. pierre.perrousset@wanadoo.fr'
    Perrousset a dit :

    Bonjour François, j’ai enfin eu le courage d’ouvrir ton message et de consacrer un peu de temps à ta production que je salue, même si elle est très noire mais très réelle. Trump est provisoirement parti mais peut être pour mieux revenir, car les peuples ne sont pas clairvoyants et très amnésiques. Surtout ils ne voient pas la similitude entre les périodes passées et le présent. Des mémoires de poissons rouges.
    La question qui se pose néanmoins, c’est comment avec la masse d’information disponible sur Internet et le temps dont nous disposons pour beaucoup ne trouve-t-on pas le temps de progresser en matière de culture historique ? Ou scientifique il suffit de voir la propagande des antivax pour s’en convaincre. En clair qu’est ce qui crée le complotisme ?
    La réponse je la cherche dans un livre du sociologue Gérald Bronner Apocalypse cognitive que je recommande. Et je n’ai pas la réponse parce que je n’ai pas fini le livre.
    En tous cas merci de ton étude et à un de ces jours j’espère. Amicalement. Pierre

    1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
      François Didelot a dit :

      Merci Pierre de ton analyse toujours pertinente !
      Je retiens les références du livre que tu cites pour approfondir encore plus le sujet.
      Amicalement
      François

      1. pierre.perrousset@wanadoo.fr'
        Pierre Perrousset a dit :

        Un complément à la lecture du livre précédemment cité et non encore terminé. « Le psychologue Jeff Greenberg a démontré qu’attirer l’attention des individus sur la question des risques a tendance à accroitre leur intérêt pour des idées autoritaristes. Des peuples qui se sentent en insécurité, parce qu’ils se croient dans un monde en décadence ou parce qu’ils ont le sentiment de perdre leur autonomie ou leur souveraineté réclament une reprise de contrôle de leur environnement et sont prêts à renoncer à une part de leur liberté pour plébisciter un pouvoir autoritaire. En France 41% des français sont prêts et favorables à l’établissement d’une forme autoritaire du pouvoir.  »

        Bien sur toute ressemblance avec des événements passés ou à venir ne serait pas fortuite. Amicalement

        1. lydia.didelot@wanadoo.fr'
          François Didelot a dit :

          Merci Pierre pour ce complément.
          Oui, c’est aussi ce qui fait le lit des complotistes : dans un monde toujours plus complexe, ils proposent toujours une réponse simple (un complot ourdi par, au choix, les industriels, les BigPharma, les illuminati, les démocrates mangeurs d’enfants…
          Pas sortis de l’auberge.

          François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.